Le film Téhéran Tabou, le long métrage du réalisateur iranien Ali Soozandeh est exactement ce que je qualifierais de chef d’œuvre.

Certains films vous laissent un souvenir impérissable. Téhéran Tabou en fait partie.

 Il ne s’agit pas d’un film qui « mérite d’être vu », mais d’un film  « à voir absolument! ».

Pour contourner l’impossibilité de filmer un tel récit dans le Téhéran d’aujourd’hui, le réalisateur Ali Soozandeh a choisi d’utiliser un procédé original, la rotoscopie.

Les acteurs sont filmés sur fond vert et redessinés dans un décor…

teheran-tabou-ali-soozandeh-babak-amir-zenitude-profonde-le-mag

Babak at Amirs –TEHERAN TABOU d’Ali Soozandeh

Mise en scène et jeu des acteurs : fabuleux!

La gravité des situations transparaît sur les visages des femmes. Et surtout dans leurs grands yeux noirs tellement tristes!

TEHERAN TABOU - Zenitudeprofondelemag.com

TEHERAN TABOU d’Ali Soozandeh

L’actrice iranienne Zahra Amir Ebrahimi est remarquable dans le rôle de Pari, l’une des trois femmes qui tentent de s’émanciper.

Synopsis:

Téhéran. Trois femmes dont les destins vont se croiser et qui ont une motivation commune, celle de vouloir exister en tant que femme et plus seulement en tant qu’épouse ou que mère.

Pari, la première est l’épouse d’un drogué qui croupit en prison dont elle n’arrive pas à divorcer car le juge refuse ses nombreuses demandes (et ce, sans même jeter un oeil à son dossier)

Obligée de se prostituer pour vivre elle fait tout pour essayer de donner une vie décente à Elias son petit garçon muet.

TEHERAN TABOU - Zenitudeprofondelemag.com

Pari – TEHERAN TABOU d’Ali Soozandeh

Pari and Elias are reunited – TEHERAN TABOU d’Ali Soozandeh

Sara, la seconde, épouse comblée vit avec son mari et ses beaux-parents dans un quartier aisé…mais sa vie est loin d’être aussi simple que l’on pourrait croire…Et elle aimerait tant que Moshen, son mari,  lui accorde l’autorisation d’accepter ce travail pour lequel elle a déjà été acceptée!

L’arrivée dans l’immeuble de Pari et d’Elias va bouleverser son quotidien bien plus qu’elle ne l’aurait cru…

Quant à Donya, la dernière, cette jolie jeune fille débarquée de sa province pour tenter sa chance à la capitale, qui affirme à ses parents que tout va bien mais … sa rencontre d’un soir dans une discothèque avec le Babak, ce jeune étudiant en musique, va tout faire basculer … Et pourtant l’enjeu est de taille!

Extrait d’une interview du réalisateur Ali Soozandeh à propos de Téhéran Tabou

Parlez-nous de votre relation avec l’Iran.

Je suis né en Iran et j’ai vécu là-bas jusqu’à mes 25 ans. J’habite en Allemagne depuis 1995. Je suis le seul de ma famille à vivre à l’étranger. J’avais 9 ans lors de la révolution islamique. J’en ai vraiment ressenti l’impact quand les filles et les garçons ont soudain été séparés à l’école. Ce fût le premier des nombreux bouleversements qui allaient suivre. Évidemment je reste très attaché à l’Iran et à mon peuple, qui est doué d’une grande force et a su garder sa dignité face aux épreuves. Le fait d’avoir fait des recherches et réfléchi à la complexité de la société iranienne a rendu ma relation à l’Iran  bien plus intime.

Pourriez-vous décrypter le contexte social de l’Iran d’aujourd’hui et décrire ces tabous auxquels le titre du film fait référence ?

Briser les tabous, c’est protester. En Iran, les prohibitions juridiques et les restrictions morales façonnent le quotidien. Mais, dès que la sexualité est réglementée, les gens trouvent toujours comment contourner les interdits. À ce jeu-là, les Iraniens se montrent très créatifs. L’absence de liberté les pousse à avoir une double vie, un double standard de valeurs. Dans leur vie sociale, ils font preuve d’une austérité de façade. Dans leur vie privée, le sexe, l’alcool, les drogues sont parfois sans limites. « Téhéran Tabou » parle de ces doubles standards avec lesquels les Iraniens déjouent quotidiennement les interdits. Cela entraîne de nombreuses complications sociales, qui peuvent conduire à des situations absurdes, voire comiques.

C’est ce sentiment de paranoïa que vous vouliez montrer ?

Dans la classe moyenne où se situe l’intrigue, les restrictions découlent autant de la mentalité des gens que des lois du pays. L’honneur familial est bien plus important en Iran qu’en Europe. L’Iran est une société où les liens sociaux sont décisifs et jouent un rôle majeur, notamment dans la réussite. Un individu et sa famille peuvent perdre leur honneur à cause d’une relation extra-conjugale. Et être envoyé en prison et payer une amende n’est rien, comparé au fait que cette condamnation soit rendue publique. Quand les proches, les voisins sont informés du « crime », alors l’honneur de toute la famille est perdu, irrémédiablement.

Quel est le rôle des femmes dans la société contemporaine ?

Les représentations que les Occidentaux se font de l’Iran sont toujours du domaine du cliché. Ce sont des stéréotypes qui vont de l’exotisme des Mille et Une Nuits, à la férocité du régime islamique, en passant par la menace nucléaire. Mais la réalité qu’on voit dans les rues de Téhéran est bien plus diverse. Les femmes sont souvent plus éduquées que les hommes et ont un rôle plus visible dans la vie quotidienne que dans d’autres pays islamiques, comme l’Arabie Saoudite.

Mon avis:

Allez-y sans hésiter car l’histoire, l’interprétation des acteurs, la musique, l’atmosphère sombre, tout est parfait!

(Cet article a été également publié au moment de sa sortie dans la chronique cinéma pour Femmes Références).

 

Infos pratiques
TÉHÉRAN TABOU du réalisateur Ali SOOZANDEH
Semaine de la critique Festival de Cannes 2017
Date de sortie: 4 octobre 2017
Durée : 1h36
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :