Rencontre avec Davina Shefet

Davina Shefet est une créatrice. Une vraie.

J’étais déjà séduite par ses créations couture avant même de la rencontrer et c’est avec plaisir que je me suis rendue, il y a quelques jours, à son nouveau showroom de la rue du Faubourg St Honoré .

davina-shefet-showroom-1

(Il faut que je vous révèle un secret : à l’origine de mes articles « Rencontre avec … » il y a toujours un coup de coeur c’est à dire que si je rencontre des personnes avec lesquelles le « courant ne passe pas » je ne publierai pas d’interview . Je sais c’est extrêmement égoïste et très peu pro mais c’est comme çà!)

Avec Davina Shefet le courant est passé …

davina-une-article

Davina Shefet pose devant une de ses toiles, portant un de ses splendides kimonos en soie.(Cliquez sur l’image pour être dirigé vers l’e-shop et voir les autres modèles)

En fait quand je parle de Davina Shefet « vraie » créatrice c’est que cette – très –  jeune femme est une sorte d' »hyperactive de la création « .

Des kimonos aux minutieux détails dont elle dessine elle même les motifs, aux toiles gigantesques accrochées aux murs du show room en passant par une collection de prêt-à-porter pour finir par …

davina-s-paravent-la-lapidation-de-palmyre

ce paravent symbolisant « La lapidation de Palmyre », qu’elle m’a avoué avoir créé la veille en une après-midi,

Davina crée sans arrêt.

Et c’est passionnant de bavarder avec elle.

Son parcours ?

Une solide formation (elle est diplômée de l’Ecole de Communication Visuelle de Paris ) et un stage de fin d’études chez Christian Lacroix font que cette jeune femme d’à peine 28 ans maîtrise parfaitement son sujet lorsqu’elle parle « affaires ». « Les gens que je rencontre, parce que  je suis une femme jeune et …blonde de surcroit , ont tendance à ne pas me faire confiance, à me traiter avec une sorte de condescendance qui au début avait le don de m’agacer prodigieusement. Avec le recul, je réussis désormais à mieux faire la part des choses et même à m’approprier ce qui éventuellement pourrait être pertinent dans les propos et les conseils qu’ils me prodiguent avec une sorte de « pseudo supériorité  » … »

(Moi à ce moment de l’entretien, je suis juste épatée par une telle maturité chez une si jeune femme qui se trouve être une vraie « femme d’affaires » en plus d’être créatrice, mais je ne suis pas au bout de mes surprises …)

« Je pense qu’il faut savoir se battre pour faire ce que l’on aime, se donner les moyens, il m’aurait été impossible de travailler dans un bureau à faire ce que conçoivent les autres sans pouvoir à un moment donner libre cours à ma créativité mais bon encore un mythe, je ne créé pas comme ça pinceau en l’air comme Dali ou Picasso … »

Alors comment Davina crée-t-elle ?

« Tout est question d’inspiration et de moment. Ce paravent par exemple, je l’ai fait en une après-midi parce que j’étais inspirée, il s’appelle « la lapidation de Palmyre » …  paradoxalement, la toile qui se trouve dans l’entrée qui est beaucoup plus simple en soi , j’ai mis plusieurs mois à la terminer . Du coup quand je ne suis pas prête, j’attends, je me repose, je me détends et je pense à la façon dont je vais agencer les couleurs, les tissus… Je ne fais pas de croquis préalables, pour le paravent j’ai commencé par un motif sur la partie basse puis je suis passée à un autre sur la partie opposée en haut (elle me montre) et après l’inspiration pour tout mettre en relation…  »

Le résultat est …waow !

Et ces magnifiques kimonos en soie … réversibles (de même que les teddys et les gilets comme celui que vous voyez sur la photo ci-dessous)

davina-s-gilet

Tu viens de déménager, raconte …

Jusqu’à très récemment, je vivais à Paris dans le Haut Marais dans un univers plutôt bohème. Cet univers m’inspire énormément, j’aime beaucoup les couleurs, les matières soyeuses, et forcément les foulards, kimonos et autres pièces de ce style.  Là je suis passée à autre chose puisque mon show room qui se trouve faubourg st honoré, est de style haussmanien (forcément plus épuré ) … ce qui rassure les clientes (surtout celles qui viennent de pays étrangers qui sont ravies de faire leur shopping dans le fameux « triangle d’or » ) mais cela ne m’empêche pas de continuer à créer et à dessiner en fonction de mes gouts et de mon inspiration (…)

davina-s-portrait-2
Davina Shefet – crédits photos ©bouchine

Cette jeune femme a aussi un coeur gros comme çà !

[…] En même temps je commençais à en avoir un peu assez de vivre en ville, je suis tellement triste de voir tous ces sans abris qui se déploient le soir venu pour dormir sur le fronton des boutiques. Tant de gens tellement démunis… En rentrant chez moi j’essayais d’avoir un mot gentil pour chacun d’entre eux .

Davina en profite pour me dévoiler un projet qui lui tient à coeur :

Mon rêve absolu – et je ne compte pas m’arrêter avant de l’avoir atteint – est d’ouvrir des écoles d’art dans le tiers monde

Je voudrais grâce à ces écoles, permettre aux enfants qui n’ont pas accès à l’éducation, (je pense surtout aux petites filles mais les garçons  y auraient bien évidemment aussi leur place), de tous les âges de s’éduquer par l’expression d’elles-mêmes et du coup de consolider les identités culturelles propres à ces pays qui souvent ne reconnaissent pas la culture comme une priorité.

Elles viendraient dans les écoles où elles seraient en sécurité,  à l’abri de tout, pour créer et apprendre l’histoire de l’art… Il y a bien sur, l’idée sous jascente de vouloir les protéger de mariages forcés, ou autres privation de leur liberté …  Ces écoles auraient également vocation à les aider à obtenir des bourses pour des études supérieures, favoriser les mécénats …etc. 

Et du coup comme le font pas mal de créateurs, tu as quitté « Paris intra-muros » pour pouvoir te ressourcer ?

Pour le moment, j’ai récemment choisi de quitter Paris pour la banlieue où je vis dans une petite maison, à la campagne (mais pas trop loin quand même).  Je vois des arbres le matin quand je me lève, je peux me promener en pleine nature … et je suis quand même très proche de Paris, ce qui est indispensable pour mon travail.

Et tu t’occupes toute seule de la gestion du site, des RP, de la gestion des  modèles … en plus de tes créations ? 

Oui tout à fait . En fait je me suis rendue compte que lorsqu’on essaie de déléguer, les choses ne sont jamais faites exactement comme on le souhaiterait. En plus créer un site, faire de la gestion, du marketing, Comunity manager… je sais faire puisque ça faisait également partie de ma formation initiale à l’Ecole de Communication visuelle.

Je suis pour le moment – mais j’envisage sérieusement de me former dans ce sens – obligée de faire appel à des modélistes et même là les exigences du marché de la mode sont telles qu’il est possible de conclure un accord aujourd’hui avec un modéliste qui -pour une raison ou une autre (généralement parcequ’ils sont débordés et qu’ils veulent souvent travailler un maximum) ne tiendra pas ses engagements et après qui je devrai courir pour avoir mes modèles en temps et heure… 

En même temps c’est que du bonheur …

Depuis le mois de février je n’arrête pas et j’ai des projets plein la tête.

J’ai en projet l’organisation d’un « event » multi créatif où mes créations seront portées par des  danseurs lors d’un spectacle mis en scène par des amis chorégraphes. J’aime beaucoup ce côté poly artistique. Il y aura aussi bien sûr mes créations picturales, des toiles grand format mais aussi des aquarelles,  et j’ai plein de projets de collab’ dont je ne peux pas encore parler …(petit sourire complice). Et j’ai deux autres projets qui seront dévoilés très prochainement, d’ici les fêtes de fin d’année si tout se passe bien mais je ne peux en dire plus pour le moment…

(Elle m’a promis que je ferais partie des premières à avoir le scoop !!!)

Davina Shefet est exactement le genre de jeune femme que l’on écouterait parler pendant des heures. Malheureusement nous avions chacune des impératifs de calendrier et j’ai dû, à mon grand regret, quitter le showroom de la rue St Honoré.

Avant de partir, je lui pose une dernière question : de toutes ces pièces de ta collection quelle est ta préférée  ?

(Légère – mais brève – hésitation car cette jeune femme n’est pas du genre à hésiter pendant des heures.)

Mon kimono Flamingo !

C’est mon kimono fétiche. Il m’a demandé un temps fou et je l’adore ! Quand je le porte les gens m’arrêtent toujours dans la rue pour me demander où je l’ai acheté.

Je vous reparlerai de façon plus formelle des jolies créations de  Davina Shefet dans un article du webzine Femmes références mais en attendant si vous aimez le style Boho chic filez vite découvrir son site . Il est magnifique !!!

« Les vêtements célèbrent les bohémiens, leur spiritualité, leur liberté intellectuelle, leur mode de vie intense et la diversité qu’ils représentent. Avec amour et liberté. » Davina Shefet

Vous savez que j’adore les kimonos et les immenses foulards, que j’accumule bracelets, colliers et autres accessoires hippie chic et que je ne pouvais qu’être conquise par les créations de Davina. Maintenant que je l’ai rencontrée, je le suis encore plus!

Prenez grand soin de vous et à très vite !

Crédits photos : ©bouchine

10 réflexions au sujet de « Rencontre avec Davina Shefet »

    1. Ils sont tous beaux et chacun possède un petit détail qui fait son charme. Et en ce qui concerne l’âge, je trouve justement les kimonos hyper faciles à porter pour tout le monde (ça cache ce qu’il faut cacher tout en donnant un petit côté fun … Bon week end en tous cas et merci de ton petit commentaire .

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s