Temporalités multiples


Un procès en 3 espaces temps, joué par un unique comédien, François Cracosky.

C’est une mise en scène parfaite imaginée par Myriam Grélard. Elle nous permet de suivre le
personnage de Paul Klébert dans son intimité, de le suivre dans sa relation avec Christelle, relation qu’il nous conte lui-même car elle n’est plus là pour le faire. Puis on assiste au procès de monsieur Klébert. On nous rappelle à la réalité et nous expose les faits : meurtre avec préméditation.

C’est pour cela qu’il est jugé.

François Cracosky

Jeu de lumière


Cette temporalité est départagée par l’excellent jeu de l’acteur certes, mais également par un jeu de lumière. Elle reflète la pensée de Paul Klébert et son état mental au fil de sa relation.
Lorsqu’il est seul, c’est un peu sombre, c’est la solitude. Mais dès que Christelle entre en scène, la pièce s’illumine au même titre que la vie de Klébert. Et plus les choses se gâtent entre les deux, plus la salle s’assombrit pour finalement être plongée dans le noir lorsque le procès entrecoupe les événements passés. Ici, c’est le présent, seul Klébert et sa parole sont éclairés pour rendre compte de ses actes et témoigner.


Spectateurs ou jurés ?


Ici vous serez les deux. Suite à toute cette mise en scène qui ne laisse pas le temps de souffler tant on est pris dedans, il faudra faire un choix. Paul Klébert est-il coupable ? Oui ?

Mais alors coupable de quoi ?

À vous de juger.

Est-il malade ou tout bonnement odieux ? Est-il les deux ? Tant de questions dont vous seul avez la réponse. C’est votre verdict. C’est son sort.

L. O

INFOS PRATIQUES

AIMER TUE

de Myriam Grelard

Mise en scène : Myriam Grélard

Interprète : François Cracosky

Design sonore : Evan Maugé

Compagnie Les Scènes d’Argens

Représentations à 17h20 du 7 au 30 juillet – Relâches : 12, 19, 26 juillet

CHAPEAU ROUGE THÉÂTRE – 34-36 Rue Du Chapeau Rouge – 84000 – Avignon

%d blogueurs aiment cette page :