Dyslexique, le jeune Albert est en réalité un surdoué. Mais, personne ne sait l’identifier à cette époque….

« On dit que je suis très intelligent mais dès qu’il s’agit de m’exprimer devant quelqu’un, mes pensées jonglent et déboulent à toute vitesse. Mes mots se coincent dans ma gorge… »

Sylvia Roux dans le rôle du jeune Albert : une performance exceptionnelle

Parvenir à se glisser dans la peau de cet enfant de 9 ans tellement « différent » (dont les états d’âme sont pourtant tellement « normaux » une fois que l’on a fait l’effort de se placer de son point de vue à lui) tenait du challenge. Un défi que Sylvia Roux remporte avec brio.

Et nous voilà plongés – grâce à un jeu de scène qui colle parfaitement au texte de Brigitte Kernel – dans une sorte de « monologue intérieur extériorisé » qui nous permet de nous mettre à la place du petit garçon, partageant ses états d’âme, son sentiment d’incompréhension face aux moqueries de ses camarades ou à l’agacement de ses parents :  » C’est terrible de se sentir aussi idiot alors qu’on ne l’est pas… »

Des propos qui résonnent d’autant plus fort à nos oreilles que nous savons tous aujourd’hui qu’Albert Einstein était un surdoué qui a obtenu le Prix Nobel de physique en 1921!

Tadrina Hocking, Thomas Lempire, les deux autres comédiens qui interprètent une kyrielle de rôles (17 personnages au total) : les parents d’Albert, sa soeur, ses grands-parents, l’instituteur ou encore son oncle Jacob – sont, eux-aussi, excellents.

Albert Einstein, un enfant à part - zenitudeprofondelemag.com
ALBERT EINSTEIN, UN ENFANT À PART
(de g. à droite) Thomas Lempire, Tadrina Hocking
Crédits photos : Lou

Note de l’autrice, Brigitte Kernel

D’Albert Einstein, on connait les prouesses en mathématiques et en physique. Personne n’ignore sa fameuse formule mathématique E=MC2. Et tout le monde sait qu’il adorait tirer la langue. Né en Allemagne le 14 mars 1879, Prix Nobel de physique en 1921, il est l’un des savants les plus importants de la planète. Il reste cependant un pan de sa vie que l’on n’aborde pas assez quand on parle de lui : ses premières années de garçon dyslexique qualifié « autiste » bien que cela n’ait jamais été prouvé. En fait, Albert est un surdoué qui a mal été compris par son entourage.

Écrire autour de son enfance, revenir sur les éléments qui ont façonné son caractère et sa vie, nous permet de comprendre combien la différence est enrichissante et essentielle à la diversité des intelligences et à l’avenir de chacun, au futur commun. Avec cette pièce, il nous est permis de reconnaître les atouts, les peurs, les colères et la merveilleuse adaptabilité de nos enfants quand on les comprend. L’histoire des premières années d’Einstein nous dit aussi à nous, adultes, que l’on peut se sortir de beaucoup de problèmes en observant les autres et en les écoutant. Comme le dit Albert « Personne n’est nul, il suffit de croire en soi ! »

Note d’intention de Victoire Berger-Perrin qui signe la mise en scène

« La pièce « Albert Einstein, un enfant à part » […] révèle que dès son plus jeune âge, Albert était « différent ». Une différence qui l’enferme dans une grande solitude, une agitation intérieure et une violente colère. Il est passionnant de découvrir l’enfance de ce génie, ses états d’âme, mais également les proches qui l’ont éduqué, influencé et accompagné : sa famille, ses rares amis, ses professeurs… chacun ayant participé à sa manière à ce qu’il est devenu. La mise en scène de ce spectacle aura pour mot d’ordre la légèreté, tant dans la scénographie que dans les déplacements des comédiens qui resteront sur le plateau tout le long.

La priorité sera donnée au jeu des trois acteurs, aux lumières et aux univers sonores.

[…] Pour symboliser la frontière qui sépare Albert du reste du monde, un jeu de lumières isolera Albert au centre du plateau – quand on est enfant, un génie qui plus est, on pense être le centre du monde – et fera apparaître chaque personnage de son entourage en dehors de sa bulle.

Les interventions des personnages secondaires seront furtives, d’autant plus que 17 personnages seront interprétés par deux comédiens seulement, évoquant un tourbillon autour de notre personnage principal. Un génie comme Einstein, même âgé de 9-10 ans, ressent un chaos intérieur que nul ne peut imaginer. Il sera important de le communiquer à travers un univers sonore reflétant l’agitation du cerveau de l’enfant qui passe son temps à penser, à réfléchir, à tenter de répondre à un « amas de pourquoi ».

Albert Einstein, un enfant à part - zenitudeprofondelemag.com
ALBERT EINSTEIN, UN ENFANT À PART, Sylvia Roux
Crédits photos : Lou

En parallèle, des ampoules suspendues depuis le plafond, symboles d’idées qui émergent, s’allumeront de façon plus ou moins chaotique dès qu’Albert se plongera dans ses mathématiques. Mathématiques qui le passionnent, le font bouillonner et le rendent euphorique, et qui seront mises à l’honneur puisqu’elles seront finalement le seul univers dans lequel Albert se sentira vraiment épanoui.

Victoire Berger-Perrin

Mon avis sur la pièce

Cette pièce mérite largement le succès qu’elle a récemment connu au Studio Hebertot (où elle affichait complet dès la troisième représentation).

Elle ne se résume absolument pas à l’évocation de l’histoire de l’enfance du physicien prodige. Il s’agit bien d’une pièce « à vocation pédagogique«  , comme le souligne si justement Victoire Berger-Perrin (metteur en scène), dans sa note d’intention.

Personnellement, je considère Albert Einstein, un enfant à part, comme un élément-clé pouvant faire basculer les idées reçues et éduquer au « vivre ensemble » et à l’acceptation des différences. C’est l’une des raisons qui m’incite à vous inviter vivement à aller la découvrir en famille (à mon avis elle peut se comprendre dès 8 ans). Elle constituera sans doute le fondement de nombreuses réflexions.

Un grand merci à Hicham Fassi de m’avoir permis de faire cette belle découverte et félicitations à toute l’équipe artistique qui a conçu et réalisé ce beau projet!

Albert Einstein, un enfant à part

Comédie dramatique en un acte de Brigitte Kernel, Sylvia Roux et Thomas Lempire

Adaptée du roman de Brigitte Kernel « Le monde d’Albert Einstein » édité aux éditions Flammarion jeunesse   

Distribution Sylvia Roux Tadrina Hocking Thomas Lempire 

Mise en scène Victoire Berger-Perrin

Durée 1h05

Théâtre de la Tour Eiffel – 4 Square Rapp – 75007 Paris – Tél. 01 40 67 77 77

La pièce sera jouée au Festival d’Avignon au Théâtre des 3 soleils.

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :