La rue du Nain Bleu a récemment accueilli une nouvelle boutique au charme désuet.

C’est donc au 30, rue Saint-Roch, à deux pas du faubourg St Honoré que Cecilia Mergui a choisi de révéler aux parisien.ne.s. les pépites de la marque Bien Aimé.

L’enseigne surplombe une façade en boiserie qui a été reconstituée en reprenant le logo des années 40.

C’est Romain Chirat (Etablissements Studio), directeur artistique de la marque qui a retravaillé la façade et l’a sculptée pour y ajouter des colonnes, visant à rappeler les façades des boutiques de l’époque Art-Déco.

La boutique invite donc à un voyage dans le temps et dans l’héritage de la marque.

Cécilia Mergui – que j’avais eu le plaisir de croiser lors d’une journée de presse au printemps dernier – m’avait expliqué qu’elle était tombée sous le charme de cette marque féminine et rétro, qui rappelle les belles courtisanes du 19ème siècle, et qu’elle l’avait remise au goût du jour avec plaisir.

Une fois à l’intérieur de la boutique BIEN AIMÉ, on plonge dans cet univers à la fois onirique et nostalgique, promesse d’une expérience unique.

Cérémonial des touches à sentir pour découvrir les parfums, vasque proposée pour tester les savons liquides ou solides…

Le tout rythmé par une bande son aux notes jazzy dont Cécilia Mergui a le secret.

On se laisse bercer par cette atmosphère d’antan.

L’expérience client se poursuit au-delà de l’achat.

Chaque paquet est réalisé et personnalisé sur place, au sein de l’atelier emballage.

Le sac du client est customisé à la demande dans l’iconique typographie de Bienaimé et accommodé d’un tampon.

18 mètres carrés tout en délicatesse…

.. pour faire revivre le passé au goût du jour avec la folle ambition de transformer ce petit espace en reliquaire de trésors.

La boutique était un trapèze. Il a donc fallu recréer de la symétrie, ce qui fut rendu possible grâce à la coquille en chêne teinté.

Pour accentuer l’évocation du passé, le choix a été fait d’un sol en Terrazzo coulé sur place. Il vient souligner la géométrie tout en donnant un ton Vénitien.

Les meubles – en loupe de chêne – ont été réalisés sur-mesure par un artisan ébéniste qui a pu y apporter une patine naturelle.

Les appliques en forme de coquillage, rendent quant à elles hommage au flacon de parfum iconique de la marque et une large vasque en pierre taillée sur mesure complète le tableau.

Cet écrin a été totalement imaginé par Cécilia Mergui qui s’est entourée de deux talents: l’architecte d’intérieur et designer Paul du Pré de Saint Maur et le décorateur et directeur artistique Damien de Medeiros.

Une bien jolie boutique !

%d blogueurs aiment cette page :