Le Musée des Arts Décoratifs de la rue de Rivoli nous invite à une immersion dans la première construction moderniste de l’Inde des années 1930 : le Palais Manik Bagh (1930-1933).

C’est le Maharajah d’Indore – grande figure du milieu culturel européen et indien – qui fut le commanditaire de cette demeure mythique, mise en lumière par cette fabuleuse exposition qui réunit pour la première fois hors du palais, 500 pièces de sa prestigieuse collection.

Tout commence à Oxford dans les années 1920…

Lorsque Yeshwant Rao Holkar II (1908-1961), plus connu sous le nom de Maharajah d’Indore, est envoyé très jeune faire ses études à Oxford en Angleterre…

Il est alors introduit au milieu culturel européen par le Dr. Marcel Hardy, un précepteur francophone. Ce dernier lui présente l’architecte berlinois Eckart Muthesius et Henri-Pierre Roché, conseiller artistique et écrivain. Ces deux personnalités seront déterminantes dans sa démarche ultérieure. De plus, lors de ses séjours en Angleterre, en Allemagne et en France, le jeune Maharajah fréquente différents salons, expositions et ateliers d’artistes qui feront naître en lui un réel intérêt pour les arts modernes.

C’est alors qu’il décide d’ériger un palais dans son Inde natale, où se mêlent luxe, confort et modernité…

C’est à Eckart Muthesius que sera confiée la réalisation de ce projet fortement inspiré par la visite du studio et de la collection de l’éminent couturier et collectionneur Jacques Doucet.

L’enjeu est de taille: transformer les fondations d’un bâtiment préexistant pour en faire une nouvelle résidence privée et ultra moderne pour la maharani Sanyogita Devi et lui-même. Le palais Manik Bagh est aménagé avec des matériaux novateurs pour l’époque : métal, cuir synthétique, verre, avec une prédominance accordée à la couleur.

Près de vingt créateurs – dont les réalisations sont devenues aujourd’hui des œuvres iconiques de cette période – sont sollicités afin d’aménager ces intérieurs.

Créé en 1932, le mobilier de Ruhlmann réalisé pour le palais Manik Bagh est produit sur mesure en ébène de Macassar, à partir de certains modèles montrés quelques années plus tôt, au Salon des artistes décorateurs de 1929, dans le stand « Studio-Chambre du prince héritier d’un vice-roi des Indes »

Une exposition incontournable !

« À travers son double rôle de prince indien et d’esthète européen, le maharajah Yeshwant Rao Holkar II d’Indore incarne une synthèse parfaite entre Orient et Occident. Ces deux dimensions de sa personnalité ne sont peut-être nulle part mieux représentées que dans le double portrait par Bernard Boutet de Monvel (…) Il est essentiel de comprendre la place unique qu’occupa le maharajah Yeshwant
Rao Holkar II au sein de ce milieu socio-culturel particulier.
Il développa sa propre vision esthétique dans laquelle les œuvres
d’art originales jouèrent un rôle important.Contrairement à ses pairs, il s’impliquait dans la conception même des œuvres qu’il commandait. Son intérêt pour l’art commença dès son plus jeune âge ; à vingt-et-un ans, il fut réprimandé par ses administrateurs pour avoir engagé un artiste américain afin de faire son portrait pour 1 500 £, une somme qui excédait son budget. Ses tuteurs, cependant, pensèrent avec sagesse qu’il serait « inopportun de frustrer les impulsions artistiques du jeune maharajah, et que ce portrait pourrait un jour valoir une somme d’argent bien plus importante ». Leurs mots avaient tout l’air d’une prophétie : aujourd’hui le maharadjah d’Indore est considéré comme l’un des plus grands mécènes du design moderne
[…] »

Dr Amin Jaffer

Infos pratiques

MODERNE MAHARAJAH , UN MÉCÈNE DES ANNÉES 30

Du 26 septembre 2019 au 12 janvier 2020

Musée des Arts Décoratifs 107 Rue de Rivoli 75001 PARIS

+33 (0) 1 44 55 57 50
Métro : Palais-Royal, Pyramides, Tuileries

Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h
(Nocturne le jeudi jusqu’à 21h : seules les expositions temporaires et la galerie des bijoux sont ouvertes)

Plein tarif : 11 €
Tarif réduit : 8,50 €

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :