À partir du 3 septembre 2020, le duo féminin BECQUEMIN & SAGOT investit la jolie Galerie de la rue de la Folie-Méricourt.

Une expérience de confinement réalisée de façon presque prémonitoire

Réalisée juste avant le début de l’année 2020, l’exposition intitulée « Road-Movie Cruise – Until The End of The World #forever » semble faire echo à notre vécu pendant les mois qui l’ont suivie…

Pour leur PREMIÈRE EXPOSITION PERSONNELLE en galerie, le duo d’artistes Becquemin & Sagot présente le troisième volet d’une trilogie qui évoque les industries touristiques et culturelles, leur déploiement démesuré et leur incidence sur l’environnement.

Les artistes Becquemin & Sagot développent dans chacun de leurs Road-movies le même protocole : infiltrer des territoires de l’entertainment dont elles se font les héroïnes, afin d’en révéler les tragiques travers.

Une expérience aux allures de CONFINEMENT.

Road-Movie Cruise – Until The End of The World #forever explore ces produits touristiques que sont les paquebots de croisières, monstrueusement gigantesques, qui constituent, en soi, des villes de loisir flottantes et confinées.

©H Gallery

Les mers parcourues – et bientôt mortes – du tourisme mondialisé sont à la fois rêve d’évasion, investissement financier et objets tragiques d’une traversée vers le nord pour les migrants.

Embarquées à bord de l’un des plus gros de ces navires, les artistes ont sillonné la Méditerranée et arpenté ses ports emblématiques.

Elles ont tenté, en vain, d’expérimenter toutes les activités touristiques proposées durant la semaine passée à bord. Elles ont filmé leur périple mis en scène dans des scénarios succints en incarnant différents personnages: croisiéristes, coacheuses sportives, maîtresses-nageuses féministes et activistes, figures du «Phoenix» comme allégorie d’un monde qui s’effondre.

Elles retracent, dans une atmosphère oscillant entre absurdité et mélancolie, les ravages du tourisme de masse à travers le prisme de cette esthétique du confinement imposée par la vie à bord.

Un monde qui n’est plus qu’un décor où la fête semble une triste boucle info nie… touchant à sa fin.

Ces expériences sont devenues la matière première d’un ensemble d’oeuvres intitulé Road-Movie Cruise – Until The End of The World #forever qui sera présenté en deux temps :

1. La diffusion sur Instagram d’une série estivale composée d’une quarantaine d’épisodes d’une à deux minutes chacun.

Cette oeuvre vidéo, portant sur ce tourisme mondialisé, se développe via les réseaux sociaux en infiltrant son média favori : Instagram, royaume du culte de soi, du selfie et du récit de vacances “ filtré”.

Composée de 3 saisons, cette série se nourrit des codes de l’entertainment par son format et son mode de diffusion sur Instagram, durant les vacances d’été.

Dans son contenu, elle se réfère, par le titre de chacune de ses saisons, au triptyque de Jérôme Bosch, composé notamment de La Nef des fous, de l’Allégorie de la débauche et du plaisir et de La Mort et la Misère.

Saison 1 : La nef des fous
Le conte d’un monde qui rit sans joie.
Saison 2 : Allégorie de la débauche et du plaisir
Le déguisement d’une barque qui sature et tangue.
Saison 3 : La mort et la misère
La croisière industrialisée comme symptôme de la combustion du monde.

La série sur Instagram sera diffusée cet été sur @becquemin_sagot et @hgalleryparis

2. Une exposition à H Gallery comprenant la présentation de la série vidéo, des photographies, des sculptures et des performances.

*Navire de croisière construit en 2010. 220.000 tonneaux, 361,8 mètres de long, 66 mètres de large, 65 mètres de tirant d’air, 6296 passagers, 2165 membres d’équipage. 525.000 m2 de tôle d’acier, 5000 km de ls électriques, 90.000 m2 de moquette, 4,1 millions de litres d’eau douce par jour.

Cette exposition bénéficie du soutien du CNAP, aide à la première exposition. Coproduction Région Occitanie (aide à la création), Occitanie lms dans le cadre d’un appel à projets DRAC / Région Occitanie,
Centre d’Art de Vénissieux/E. A. P. Madeleine Lambert

À propos de cette oeuvre vidéo, Jérôme Dupont* écrit :
«Il est devant nos yeux depuis 1520, au cœur de l’œuvre chancelante de Jérôme Bosch : ce double jeu de La Nef des fous, à la fois barque-cosmogonique représentant le monde dans l’étroitesse d’un contenant à la dérive, et gure hétérotopique de ce que Michel Foucault analyse comme cet espace autre, ce topos sur les terres duquel les règles communes ne s’appliquent plus.

La Nef des fous rend visible le monde lui-même…

…comme une hétérotopie perdant pied et c’est bien de cela dont nous parle le Road-Movie Cruise – Until The End of The World #forever des artistes Becquemin & Sagot. Il est cette documentation — attentive et immersive — d’un bateau de croisière comme gure de nos cosmogonies contemporaines. Cette œuvre montre l’univers clos caché derrière la scénographie d’un open space. Elle parcourt le gigantisme du décorum comme déguisement de l’étroitesse de la barque, aussi grande soit-elle, quand elle devient l’unique habitacle de l’humain.

Un enfermement dans un monde fou dont on rit …«mais d’un rire qui n’est pas joyeux »...

Road-Movie Cruise -Until the end of the world #forever est le cheminement claustrophobe qui longe la clôture d’un espace à l’intérieur duquel nous sommes confinés.
Dans le Road-Movie Cruise – Until The End of The World #forever la folie est utiliséetout comme dans La Nef des fous – pour montrer l’absurdité du monde contemporain**

*Jérôme Dupont, Road-Movie Cruise – Until The End of The world #forever : La Nef des fous, mars 2020
** G. Minois, «De la Folie négative (Brant) à la folie positive (Érasme)» – section 17, in Histoire du rire et de la dérision, Fayard, 2000

À PROPOS DES ARTISTES…

Emmanuelle Becquemin et Stéphanie Sagot vivent à Montpellier et travaillent ensemble depuis 16 ans.

Becquemin & Sagot est un duo de femmes artistes qui réalisent depuis 2004 des performances, vidéos et sculptures.

Les Road-movies qu’elles développent depuis 2014 constituent la matière première d’un récit à portée écologiste et féministe.

Elles créent des situations où, «elles jouent les doublures du réel afin d’en faire miroiter les faux-semblants. Elles se servent des modes opératoires de l’art pour voyager, détourner les codes habituels et fabriquer de l’art là où l’on ne croit pas en voir» (Marie de Brugerolles).

Emmanuelle Becquemin et Stéphanie Sagot sont diplômées en art et respecitivement doctorante et docteure.

Emmanuelle Becquemin enseigne aux Beaux-arts de Saint Etienne ; Stéphanie Sagot est maîtresse de conférence à l’université de Nîmes.

Une monographie leur est consacrée en 2015, à l’occasion du premier volet de leur trilogieRoad-Movie Pop-Corn, parue aux éditions Analogues, Arles.

Elles entament en 2019 la conclusion maritime de leur trilogie : Road-Movie Cruise – Until The End of The World #forever qui sera présentée à H Gallery en septembre 2020.

Elles ont exposé leur travail en France :
Au Palais de Tokyo, à l’Hôtel de la Monnaie de Paris – 9ème édition de Nuit blanche, au CRAC de Sète, au MRAC de Sérignan, à la Fondation Ricard à Paris, au MO.CO à Montpellier, au 104 à Paris, à la Friche Belle de Mai à Marseille, à la Galerie Duchamp à Yvetot, à la Maison des Arts de Malakoff, au CAC Chapelle Saint Jacques à Saint Gaudens, au CAC Le Lait, à la Scène Nationale d’Albi…

Et à l’étranger :
Au musée de l’Elysée à Lausanne, au musée des Arts décoratifs de Francfort, à la Laune Galery à Tokyo, au musée d’art contemporain de Lima (Pérou), au musée d’art contemporain de Mar del Plata (Argentine), au Loft Etagi à Saint Petersbourg et dans divers Instituts Français (Buenos Aires, Rio, Hanoï, Manille, Mumbaï, Pékin, Shanghai, Istanbul…).

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :