À l’approche du 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, l’exposition « Son œil dans ma main. Algérie 1961-2019. Raymond Depardon – Kamel Daoud » offre un témoignage unique sur l’Algérie en 1961 puis en 2019, à travers le regard de deux grands artistes : l’un français, cinéaste et photographe, revisitant ses photos d’Algérie ; l’autre algérien, journaliste et écrivain, né en 1970, après l’indépendance de son pays.

La genèse du projet

1961 |Alger, Évian-Bois d’Avault, Oranie

Entre le printemps et l’automne 1961, Raymond Depardon, alors âgé de 19 ans, est envoyé à plusieurs reprises en reportage en Algérie par l’agence Dalmas. Lors de ses séjours à Alger, il saisit des scènes de la vie quotidienne, montrant deux mondes qui se côtoient, captant la tension qui monte dans une ville sous la menace de l’Organisation de l’Armée Secrète (OAS).
Lors du premier round des négociations entre la France et les représentants du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) pour mettre fin à la guerre d’Algérie, à Évian, du 20 mai au 13 juin 1961, il est l’un des rares journalistes français à être accrédité auprès de la délégation algérienne ; celle-ci est installée au bord du lac Léman, côté Suisse, à la villa du Bois d’Avault ; il en saisit les « temps morts » qui lui sont si chers.
À partir de 1955, des villages de regroupement sont créés en Algérie afin de rassembler les populations nomades dans les zones sous surveillance des Sections Administratives Spécialisées (SAS) ; Raymond Depardon fait partie d’un voyage de presse organisé en Oranie, pour y mener un reportage dans le village de Magra (domaine de Oued El Kheir), un de ces villages de regroupement.


2018 |Le projet de livre
Toutes ces photographies, Raymond Depardon les revisite en 2018, avec en tête l’approche de la date anniversaire de l’indépendance de l’Algérie.

Son vœu : les mettre en perspective en les associant à un point de vue algérien, celui d’un écrivain avec lequel fonctionner en binôme – ce sera l’une des idées-forces du projet.


Sur les conseils de la réalisatrice et productrice Claudine Nougaret, contact est pris avec Kamel Daoud, par le biais de sa maison d’édition à Alger, Barzakh.

Celle-ci lui propose de préparer un beau livre faisant entrer en résonance photographies « algériennes » de 1961 et textes inédits de Kamel Daoud.

Une rencontre a lieu à Paris…

Raymond Depardon, Kamel Daoud

Enchanté par le projet, Kamel Daoud a dans l’idée d’écrire des textes très différents presque disjoints des photos, il s’agira de méditations ou de rêveries sauvages.

Par ailleurs, des « comètes » – une explication de l’image, un commentaire… – accompagneront une sélection de photos choisies par l’artiste.

L’EXPO, « SON ŒIL DANS MA MAIN – Algérie 1961 – 2019 », UN PROJET CHRONOLOGIQUE

Alger 1961…

Le tout jeune Raymond Depardon réalise plusieurs reportages photographiques à Alger, puis à Évian, pendant les premières négociations pour mettre fin à la guerre d’Algérie.

Près de soixante ans plus tard, son désir de publier ces photographies dans une perspective algérienne se matérialise par sa rencontre avec l’écrivain Kamel Daoud.

À la suite de cette rencontre, Raymond Depardon retourne en Algérie en 2019, les deux hommes ayant conçu un projet commun…

Un projet d’ouvrage à quatre mains, porté par Barzakh, la maison d’édition algérienne de l’écrivain Kamel Daoud.

Raymond Depardon réalise une série de photos. D’abord à Alger puis à Oran où il retrouve Kamel Daoud.


Les éditions Barzakh proposent à l’Institut du monde arabe de monter une exposition à partir du livre.

Son président Jack Lang est immédiatement séduit : la sortie du livre s’accompagnera d’une exposition éponyme, sensible, avec des images rares et des textes inédits qui se répondront en écho tout en pouvant être vues ou lus séparément : deux mondes, deux regards indépendants et pourtant complémentaires qui s’enrichissent mutuellement…

Exposition Raymond Depardon - Kamel Daoud à l’IMA
SON OEIL DANS MA MAIN
Exposition Raymond Depardon – Kamel Daoud à l’IMA


Installée dans deux espaces (niveaux -1 et -2), l’exposition présente 80 photographies de Raymond Depardon et cinq textes inédits de Kamel Daoud.

Cette exposition se divise en trois sections : Alger 1961 ; Évian-Bois d’Avault 1961 / Oranie 1961 (niveau -1) ; Alger et Oran 2019 (niveau -2).

Exposition Raymond Depardon - Kamel Daoud à l’IMA
Exposition Raymond Depardon – Kamel Daoud à l’IMA


Dans des salles rehaussées d’un dégradé de bleus évocateur de la Méditerranée, au fil d’une scénographie fluide qui facilite le passage entre les deux médiums, le visiteur navigue entre les grands textes, suspendus comme autant d’installations, et ménageant une transparence qui permet de deviner les photos à travers eux.

Exposition Raymond Depardon - Kamel Daoud à l’IMA
Exposition Raymond Depardon – Kamel Daoud à l’IMA

Textes et photographies sont encadrés à l’identique pour en souligner l’égale importance.

Des « comètes », fulgurances inspirées à Kamel Daoud par les photographies, sont traitées comme autant de petites œuvres, formant une ligne d’horizon vers laquelle tend le regard. Un « texte d’exfiltration » guide enfin le visiteur vers la sortie de l’exposition

Une expo particulièrement intéressante et qui fait sens !

BIOGRAPHIES

Raymond Depardon
Photographe, réalisateur, journaliste et scénariste au parcours international, cofondateur de l’agence photographique de presse Gamma avant de devenir l’une des grandes figures de l’agence Magnum. Multiprimé, il a réalisé des reportages dans le monde entier et tourné de nombreux films documentaires.
6 juillet 1942 – Naissance à Villefranche-sur-Saône dans une famille de cultivateurs.
1958-1960 – Devient à Paris l’assistant d’un grand reporter, Louis Foucherand, puis pigiste et enfin reporter à l’agence Dalmas. Ses photos d’un fait divers, prises lors d’un reportage au Sahara, font la une de Paris Match et France-Soir. Reportages en Algérie.
1966 Avec d’autres photographes, il crée l’agence Gamma qui innove en offrant aux photographes autonomie et responsabilité dans leurs reportages.
1969 – Ian Palach, premier court métrage
documentaire, tourné en Tchécoslovaquie, 10 un an après la répression du Printemps
de Prague.
1972 – Couvre la guerre du Vietnam.
1973 – Prix Robert Capa Gold Medal avec David Burnett et Chas Geresten pour leur livre Chili.
1974 – Tourne son premier long métrage documentaire, sur la campagne présidentielle de Valéry Giscard d’Estaing. « 1974, une partie de campagne », ne sortira en salle qu’en 2002, après 28 années d’interdiction de l’ancien président de la République.
Réalise clandestinement au Tchad l’interview de Françoise Claustre, ethnologue française retenue en otage pendant trois années au Tibesti. Ce film diffusé à 20 h sur TF1 devant des millions de spectateurs contribuera fortement à sa libération en 1977.
1978 – Rejoint la coopérative Magnum Photos. Photographie la guerre civile au Liban et en Afghanistan. Parution de son premier recueil de textes et photographies, Notes.
1981 – César du meilleur documentaire pour son long-métrage Reporters.
1983 – Sortie du film « Fait divers », tourné dans le commissariat du 5e arrondissement de Paris.
1985 – New York, N.Y. César du meilleur court métrage. Réalise Empty quarter, une femme en Afrique, film de fiction présenté en sélection officielle au Festival de Cannes (Un Certain Regard).
1987 – Tourne avec Claudine Nougaret le film « Urgences », aux urgences psychiatriques de l’Hôtel-Dieu.
1990 – La Captive du désert, en compétition officielle au Festival de Cannes.
1991 – Grand Prix national de la photographie.
1992 Fonde avec Claudine Nougaret la société de production de films Palmeraie et désert.
1995 – Délits flagrants, César du meilleur documentaire et prix Joris-Ivens.
1996 – Grand prix de Yamagata pour Afriques : comment ça va avec la douleur ?
1998 – Adaptation au théâtre du récit autobiographique de Raymond Depardon « La Ferme du Garet » (Actes Sud, 2006), mis en scène par Marc Feld et interprété par Claude Duneton,à la Manufacture des Œillets, à Ivry-sur-Seine, avant une tournée en France et au Canada.
2000 – Détours, première grande exposition à la Maison européenne de la photographie.
2001 – Sortie du film Profils paysans : l’approche, premier chapitre d’une série de trois films consacrés au monde rural français.
2004 – Présentation du film 10e chambre, instants d’audience en sélection officielle au Festival de Cannes.
Il se donne pour mission de photographier la France à la chambre pendant cinq ans.
2005 Présentation en sélection officielle au festival de Berlin et sortie en salle de Profils paysans : le quotidien.
2006 : Grand succès en tant que directeur artistique des 37e Rencontres d’Arles où il sélectionne 52 expositions de photographies.
2008 : Le film La Vie moderne, présenté au Festival de Cannes, obtient le prix Louis Delluc. Sortie du livre La Terre des paysans (Seuil), somme de quarante ans de son travail photographique sur le monde rural.
2009 : Des gens, libre adaptation théâtrale de Zabou Breitman d’après les films Faits divers et Urgences est couronné de deux Molières.
2010 – Exposition La France de Raymond Depardon à la BnF. Édition de Un aller pour Alger (Points).
2012 – Réalise le portrait officiel du président de la République, François Hollande. Le film Journal de France, coréalisé avec Claudine Nougaret et dont Raymond Depardon est l’acteur principal, est présenté au Festival de Cannes en sélection officielle hors compétition.
2013 – L’exposition Un moment si doux est inaugurée à Paris, au Grand Palais.
2016 – Sortie en salle du film Les Habitants.
2017 – 12 Jours, film à la croisée de la justice et de la psychiatrie, est présenté en sélection officielle au Festival de Cannes.
2019 – « Mon arbre », installation coréalisée par Claudine Nougaret à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.
2020 – Exposition et donation de leurs archives cinématographiques à la BnF François Mitterand.
2021 – Exposition La Vita Moderna à la Triennale de Milan.

Kamel Daoud

Écrivain et journaliste algérien d’expression française. Chroniqueur réputé en Algérie, il se fait connaître du grand public français avec son roman Meursault, contre-enquête (2013-2014). Puis se distingue par son courageux franc-parler, s’agissant notamment de la place de la religion et de celle de la femme dans le monde arabe.

17 juin 1970 Naissance à Mostaganem (80 km à l’est d’Oran). Son père est gendarme, sa mère, originaire d’une famille de propriétaires terriens. Après un bac en mathématiques, poursuit des études de lettres françaises à Oran.
1994 Devenu journaliste, entre au Quotidien d’Oran en décembre. À partir de 1997 et ce jusqu’en 2016, il tient la chronique « Raïna Raïkoum » (Notre opinion, votre opinion), réputée pour son franc-parler.
1997-2003 Rédacteur en chef du Quotidien d’Oran.
2002 Parution de son premier récit, La Fable du nain (éditions Dar el Gharb, Oran).
2008 Parution du recueil de nouvelles La Préface du Nègre (éditions Barzakh, Alger), prix Mohammed Dib.
2011 Reprise, aux éditions Sabine Wespieser, du recueil La Préface du Nègre, sous le titre Le Minotaure 504, sélectionné pour le prix Goncourt de la nouvelle.
2013 Parution de Meursault, contre-enquête (éditions Barzakh, Alger), « réécriture » inspirée de L’Étranger d’Albert Camus qui déplace le point de vue initial. Qui était cet Arabe que Meursault a tué sur la plage ?

« J’ai tenté de fantasmer à partir d’une des œuvres d’Albert Camus. […] Je suis un réécrivain, un lecteur frustré, j’ai essayé d’écrire les livres qui me manquent, qui m’ont toujours manqué, de corriger les titres qui m’ont fait rêver et dont le contenu m’a déçu. Cette perspective de prendre des œuvres majeures et de me les approprier est pour moi toujours aussi fascinante. »


2014 Meursault, contre-enquête, réédité par Actes Sud, prix François-Mauriac de la région Aquitaine et prix des cinq continents de la Francophonie. Le roman est présent dans la dernière sélection du prix Goncourt 2014.
À la toute fin de cette même année 2014, en réaction à une déclaration qu’il a faite dans l’émission de Laurent Ruquier « On n’est pas couché » (France 2)
du 13 décembre, Kamel Daoud est frappé, dans son pays, d’une fatwa par un imam salafiste.
2015 Meursault, contre-enquête, Goncourt du premier roman. Le texte est adapté en monologue théâtral et joué au 69e festival d’Avignon. Le roman est traduit dans 34 langues.
2016 Kamel Daoud fait paraître une tribune dans le quotidien Le Monde en réaction aux agressions sexuelles perpétrées au Nouvel An en Allemagne et dont seront accusés des immigrés récemment arrivés dans le pays. Un collectif d’intellectuels l’accuse d’alimenter l’islamophobie
– il recevra en retour le soutien de nombreux autres intellectuels, journalistes, écrivains ou personnalités, dénonçant la complaisance d’une « certaine gauche » avec l’islamisme.
2017 Parution de Mes indépendances. Chroniques 2010-2016 (Barzakh et Actes Sud) et de son roman Zabor ou les psaumes (Actes Sud), prix Méditerranée 2018.
2018 Parution du Peintre dévorant la femme (Stock).
2019 Lauréat du Prix mondial Cino Del Duca récompensant un auteur de langue française « dont l’œuvre constitue, sous forme scientifique ou littéraire,
un message d’humanisme ».
2021 Reçoit le prix international de la laïcité de 2020.

LE LIVRE

Photographies : Raymond Depardon
Textes : Kamel Daoud
232 pages – 136 photographies en bichromie
Couverture toilée
Format : 23 x 24 cm
ISBN : 978-2-919436-51-4
Barzakh et Images Plurielles

Le commander sur le site

Son œil dans ma main – 3 tirés à part en édition limitée.

Pour ce projet exceptionnel, trois tirés à part en édition limitée ont été fabriqués.

Ces trois éditions limitées sont composées de :

– Un livre avec coffret signé et numéroté de 1 à 15 (1 à 20 pour le livre Alger 1961)

 Le choix de la couverture a été spécialement conçue pour ce tiré à part

– Un tirage argentique baryté avec virage au sélénium

Format 18 x 24 cm signé et numéroté par Raymond Depardon

– Une comète rédigée et signée par Kamel Daoud

Sur papier à grain, format 18 x 24 cm

Photographies : Raymond Depardon

Textes : Kamel Daoud

232 pages – 136 photographies en bichromie

Format : 23 x 24 cm

Co édition Barzakh

Pour commander

Exposition Raymond Depardon - Kamel Daoud à l’IMA

Infos pratiques

Son œil dans ma main – Algérie 1961-2019
Raymond Depardon – Kamel Daoud

Exposition du 8 février au 17 juillet 2022

Commissariat – Iman Moinzadeh, Chargée de collections et d’expositions à l’Institut du monde arabe
Scénographie – Cécile Degos

Institut du monde arabe
1, rue des Fossés-Saint-Bernard Place Mohammed V
75005 Paris
www.imarabe.org

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :