Notre chroniqueur Maxime a traversé le périphérique pour se rendre à Montreuil où se tient l’expo Ici sont les dragons … 

Direction la Maison Populaire à Montreuil en haut de la colline (je ne savais pas la ville si vallonnée) pour une exposition très intimiste.

La Maison Populaire est un espace dédié aux ateliers d’arts plastiques, artistiques, musicaux destinés essentiellement aux plus jeunes.

C’est au rez-de-chaussée  que sont installées les expositions. 

C’est la troisième partie d’une exposition qui interroge les images, les discours et les objets qui véhiculent les mythes contemporains. L’expo interroge sur la façon dont ces mythes contemporains peuvent être détournés pour parler de politique d’émancipation.

JUST DO IT…

En 1977, Gary Gilmore fut le premier condamné à mort de l’Utah depuis le rétablissement de la peine capitale dans l’État. Ses derniers mots furent : « Let’s do it ».

Onze ans plus tard, l’agence américaine Wieden+Kennedy s’en inspire dans une nouvelle injonction, pour Nike, se prétendant un appel au dépassement de soi et à l’audace et semblant cette fois-ci dire « Arrête d’y penser, juste fais-le»…

Les commissaires en résidence sont Marie Koch et Vladimir Demoule.

Ils proposent souvent des expositions scientifiques et poétiques avec leur collectif : MKVD.

Les artistes présentés dans l’exposition sont Marie-Julie Bourgeois, Planète Laboratoire, Louise Desnos, Disnovation.org, Alexandre Miraut Korobov, Davey Wreden.

Louise Desnos propose un travail photographique sur la réappropriation temporelle avec des œuvres en lien avec le bestiaire de la paresse (des escargots principalement).

Les escargots, envahissant un univers bureautique glacé, en déplacent les fonctions. Agrafeuses, souris et écrans deviennent autant d’aires de jeu, de bascules, d’arbres à escargots comme les chats ont les leurs.
La paresse, en temps que réappropriation d’une temporalité propre, devient une forme d’émancipation, de lucidité, de résistance.

Louise Desnos, Triumph 3, 2019

Louise Desnos, Triumph 3, 2019
Photographie, tirage laser sur dos bleu, 100 x 130 cm – Coproduction : Maison populaire et Poly – Remerciements : Sophia Taillet et Lambert Stroh – Courtesy de l’artiste et de Poly– (Paris)

Des moments hors du temps.

©M. Patrault

Elle montre ainsi avec une nature morte le fondement théorique de la mondialisation : la libre circulation des biens, des capitaux et des personnes.

Mais est ce que c’est une circulation libre et consentie ? Les escargots vous répondront.

Marie-Julie Bourgeois propose une installation « Oculus » à travers une vidéo-projection en streaming de la Station Spatiale Internationale. Cette œuvre illustre le sentiment confus d’un déracinement de fragilité à la vie de la mince pellicule atmosphérique qui englobe la planète.

Le collectif d’artistes Planète Laboratoire documente et montre un cer- tain nombre des projets spatiaux en cours et à venir, farfelus ou très sérieux, en premier lieu le village Lunaire envisagé par l’Agence Spatiale Européenne dès 2025. Représentés sur une grande cartographie murale, ces projets surplombent incidemment une réalité tout à fait ter- restre : les sites actuels d’extractions de ressources minières, et notamment des terres rares qui constituent les matériaux indispensables de nos téléphones ou de nos ordinateurs. Une lutte géopolitique planétaire se joue pour leur contrôle, et il se trouve que la Lune en rego- rge. À côté de cette carte, un  lm de montage raconte une histoire de la conquête spatiale, à l’occasion des 50 ans d’Apollo XI.

Le village Lunaire est l’un des premiers projets envisagés par l’Agence Spatiale Européenne dès 2025. Le collectif d’artistes Planète Laboratoire documente et montre un certain nombre des projets spatiaux en cours et à venir.

 

Le collectif Planète Laboratoire propose une cartographie spatiale à travers des projets spatiaux en cours très farfelus voire cocasses.

Représentés sur une grande cartographie murale, ce détournement illustre une réalité moins joyeuse avec les sites actuels d’extractions de ressources minières que constituent les matériaux indispensables de nos téléphones ou de nos ordinateurs.

Une lutte géopolitique planétaire se joue pour leur contrôle, et il se trouve que la Lune en regorge. À côté de cette carte, un film de montage raconte une histoire de la conquête spatiale, à l’occasion des 50 ans d’Apollo XI.

Disnovation.org propose une série de téléphones hybrides originaux avec des technologies absurdes

Disnovation.org propose une série de téléphones hybrides originaux avec des technologies absurdes pour montrer un imaginaire technologique.

Une vidéo est proposée pour montrer des tutoriels très « What the fuck ».

Alexandre Mirault Korobov décline des dessins expérimentaux pour montrer que la fonction principale d’un objet peut être détournée pour dénoncer les marqueurs de distinction sociale.

Alexandre Miraut Korobov documente une société d’abondance et de cacophonies par la collection d’objets et de portraits qu’il trouve, décontextu- alise, déconstruit puis reconstruit, au crayon, à l’encre et au moyen de procédés numériques.

Alexandre Miraut Korobov décontextualise, déconstruit puis reconstruit, au crayon, à l’encre et au moyen de procédés numériques. ©M.Patrault

Davey Wreden est un développeur de jeux vidéo Texan. Il a développé un jeu vidéo pour montrer le paradoxe de la performance et de l’autorité.

Ses jeux n’ont pas pour but de devenir des blockbusters (vous ne jouerez pas à ses jeux des dizaines d’heures et vous n’atteindrez jamais les classements internationaux : c’est sans importance).

Dans The Stanley Parable, le joueur incarne Stanley, l’employé n°427.

Son travail consiste à appuyer sur le bouton qu’on lui désigne, au moment voulu. Mais un matin, en tournant la tête de son bureau, Stanley s’aperçoit que tous ses collègues ont disparu.

Le jeu sort de son carcan performatif pour se donner le luxe de l’élévation. Les jeux de Davey Wreden proposent une réflexion réelle qui se moque de la grandeur supposée qu’elle devrait se donner : longueur entêtante ou encore graphismes photoréalistes.

Ainsi dans ce jeu vidéo même si vous êtes d’une nullité extrême, vous gagnerez toujours.

Une exposition courte mais intense dans sa réflexion et sa perception du monde.

 

Maxime PatraultArticle de notre chroniqueur Maxime Patrault

Infos pratiques
Ici sont les dragons 3 / 3 Juste fais le
Exposition du 2 Octobre au 14 décembre 2019
Maison populaire : 9bis rue Dombasle 93100 Montreuil

PROGRAMMATION ASSOCIÉE
VISITE CHORALE
les samedis 26 octobre et 7 décembre de 14 h 30 à 16 h
UN SAMEDI EN FAMILLE
Ateliers parents-enfants dès 6 ans
vendredi 22 novembre à 18 h
SOIRÉE MIX(TE)
lancement du catalogue des expositions sur DJ set de Dani Terreur
vendredi 13 décembre dès 21 h
NUIT POP #01
avec Marion Carriau et la Gosh compagnie
Programmation en cours, sujette à modifications.
Informations complémentaires sur www.maisonpop.fr

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :