Imaginez un monde où personne ne s’éteint. 

Imaginez un service palliatif où personne ne succombe. Imaginez un univers où la mort en a ras la faux et fait un burn out….

Première scène du roman

(Cette fameuse « Situation initiale » comme je le répète inlassablement à mes élèves):

«Je vous promets qu’elle ne souffrira pas. Nous avons injecté un puissant somnifère dans sa perfusion. Nous allons débrancher son respirateur et elle s’endormira pour toujours, en paix […] c’est le moment des adieux… » […]

Nous sommes dans un hôpital, plus précisément dans une unité de soins palliatifs, où une partie des membres de la famille se trouve au chevet de la grand-mère.

Sur l’écran de son portable l’ado écrit […] : « ça y est, elle est débranchée, t’as bien fait de ne pas venir, maman est trop mal… »[…]

Cinq heures plus tard, femme et infirmière se dévisagent toujours …

et l’ado textote :

«Mémé tient bon, je répète Mémé tient bon..

Le ton du roman est donné, je ne vous en dirai pas plus mais moi j’ai adoré !

Infos pratiques
La mort est une femme comme les autres
Marie Pavlenko
Paru le 7 octobre 2015 aux Éditions Pygmalion
ISBN : 2756417769
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :