Lundi 22 novembre, nous étions invités à La 6ème édition de la Scène, au Théâtre Hébertot.

Cette soirée bilan faisant partie d’un projet, mené sur le long terme par l’incubateur Schoolab, visant à rendre l’entrepreneuriat plus inclusif.

Dans cette dynamique d’inclusion, neuf jeunes entrepreneurs étaient venus présenter leurs projets devant un public d’investisseurs.

Ces jeunes gens, au profil très éloigné de l’écosystème entrepreneurial parisien, avaient préalablement été « coachés » via ce programme de prise de confiance en soi (écriture de pitch, atelier de théâtre, prise de parole en public…).

Pour évaluer pleinement l’intérêt de ce programme, il convient de rappeler quelques chiffres sur l’écosystème entrepreneurial français (d’après French Tech Diversité) :

87,6% des dirigeants de startup sont des hommes

76 % des fondateurs de startup françaises sont issus d’une grande école

et l’âge moyen des dirigeants est de 39 ans. 

En cause, une endogamie forte d’un côté, et une auto-censure et l’absence du réseau de l’autre.

Pourtant, plusieurs études ont démontré que la diversité était un levier de performance financière des entreprises. 

Ainsi, selon une étude du Wall Street Journal datant de 2019, les 20 entreprises engagées dans une politique de diversité ont enregistré un rendement boursier annuel moyen de 10 % sur cinq ans, contre 4,2 % pour les 20 entreprises les moins inclusives. 

Cela augmente également leurs revenus liés à l’innovation (revenus supérieurs de 19 points, selon une étude du BCG sur 1700 entreprises en 2018).

On ne peut donc que se féliciter de l’initiative d’Etienne Gatti et Maud Franca qui ont fondé La Scène en 2018, dans la même lignée que Positive Planet – collectif fondé en 1998 par Jacques Attali et Muhammad Yunus luttant contre la pauvreté et l’exclusion via l’entrepreneuriat

« On croit trop souvent qu’une décision d’investissement repose sur des chiffres. Mais à un stade jeune, les personnes et la mise en valeur de leurs réalisations est bien plus fondamentale. La capacité à emporter l’adhésion est stratégique pour tout entrepreneur mais elle l’est encore plus pour ceux qui n’ont pas le parcours idéal qui rassure. Par notre système éducatif, s’exprimer est probablement la chose sur laquelle nous sommes les moins égaux en France. La Scène fait en sorte de contrer cela en formant tous les entrepreneurs à la prise de parole en public »

Etienne Gatti, co-fondateur de La Scène et associé au studio d’innovation Schoolab

Passé par l’art contemporain, l’entrepreneuriat, l’innovation, le conseil et cinq années en banque d’investissement chez J.P. Morgan, Etienne Gatti est l’un des associés du studio d’innovation Schoolab où il a piloté l’ensemble des programmes d’accélération de startups et de lancement de nouveaux produits et services pour le compte de grands groupes.

Maud Franca 

Co-rédactrice du rapport « Quartiers numériques » remis au Gouvernement en juin 2013 qui préfigure et donne naissance à la French Tech, Maud Franca est désormais Directrice Adjointe Mandats et Investissements d’Avenir à la Caisse des Dépôts et Consignation.

À ce titre, elle pilote des programmes de développement et investit dans des entreprises de l’économie numérique, de la culture et de l’éducation. Elle a été nommée parmi les « 100 femmes de culture ».

En 2018, Etienne Gatti et Maud Franca fondent La Scène.

Un programme d’accompagnement à la prise de parole en public avec le concours de professionnels du monde des médias, du théâtre et du cinéma – pour contribuer au développement d’entrepreneurs qui par leurs parcours ou leurs origines sont aujourd’hui sous-représentés dans l’écosystème startup français.

b

Soutenue par un réseau d’associations partenaires (Live for Good, Les Déterminés, Article 1 et Sport dans la Ville…), La Scène souhaite non seulement agir en faveur de l’égalité des chances dans l’univers startup, mais aussi réconcilier le champ de la culture à celui de l’entreprenariat.

Grâce à ce programme d’accompagnement à la prise de parole en public, plusieurs néo-entrepreneurs issus de toute la France sont parvenus à combiner leur ambition et leur capacité d’action pour convaincre un public d’investisseurs ou de clients quant à la pertinence de leurs projets.

Le 22 novembre 2021 se tenait donc la soirée « révélation de talents » de cette 6ème édition, climax d’une formation complète d’apprentissage du pitch.

Le parcours de formation des jeunes entrepreneurs – tous lauréats de French Tech Tremplin – sélectionnés pour l’originalité, la viabilité, l’impact social et environnemental de leurs projets fut jalonné d’ateliers menés par différents experts.

– Première étape : un coaching avec des startup managers dans le but de perfectionner le business plan des entrepreneurs.

– Ensuite, les lauréats ont participé à plusieurs ateliers de lâcher-prise avec un comédien, afin de les aider à prendre confiance en eux et maîtriser leur présence vocale et corporelle.

– Et enfin, un atelier d’écriture a été mené avec un scénariste afin d’apprendre les codes du story-telling et rédiger un pitch qui leur ressemblait.

L’objectif étant de mettre en avant leur personnalité, leur histoire et leur combat afin de révéler ces pépites de la scène entrepreneuriale et engager un vrai changement dans la société.

La 6ème session de ce programme novateur s’est donc clôturée le lundi 22 novembre par une soirée unique de pitch au Théâtre Hébertot.

Les neuf entrepreneurs et leurs projets

Armandine Nkondock – Archimaid (Bordeaux)

Armandine arrive du Cameroun pour ses études.

Comme tous les étudiants étrangers, elle doit apporter la preuve de sa capacité financière à vivre en France pour obtenir son visa. De fait, elle doit bloquer une somme d’argent et obtenir un logement.

Malgré ses capacités financières et une attestation d’hébergement lui permettant de venir étudier, trouver un logement est difficile. Le souvenir des nuits à la belle étoile la pousse à créer Archimaid, une offre d’accompagnement des étudiants arrivant en France ainsi qu’une fintech de compte séquestre pour apporter les garanties nécessaires aux propriétaires et faciliter la recherche d’un logement.

Sacha Grédigui – Vrako (Nantes)

Convaincu de la valeur environnementale et économique du vrac, Sacha essaye d’abord de vendre à peu près tout sous ce format pour finalement s’intéresser aux entreprises et aux fruits secs et à coques.

Après avoir effectué du porte à porte auprès des entreprises nantaises pour vendre son concept de distributeur de snack healthy sans emballage, il enregistre ses premières commandes mais se heurte à la question de la livraison.

Il embarque donc ses parents artisans designers dans l’aventure pour la conception des distributeurs et répond désormais aux attentes de clients à Nantes et Paris.

Clémence Polvèche – Benn Yoon (Paris)

Clémence a toujours voulu être entrepreneure et son sens aigu des affaires lui a fait voir dans la passion de son mari pour l’aéronautique et la construction de drones un moyen de venir en aide aux populations du Sud sans accès aux soins médicaux élémentaires.

En 2020, elle crée Benn Yoon : une solution de livraison par drone autonome et à la demande, de produits médicaux et de récupération d’échantillons biologiques dans les zones difficiles d’accès.

Anicette Massanga et Andy – Fibrany (Paris)

Repérés par Station F dans son classement Future 40, Anicette et Andy représentent l’incarnation d’entrepreneurs complètement atypiques – une fiscaliste et un logisticien autodidacte du web – capables de déplacer des montagnes en quelques mois par leur sérieux.

Le couple a lancé Fibrany, la 1ère box capillaire pour cheveux texturés, bouclés, frisés, crépus et vont atteindre près de 500 000€ de chiffre d’affaires pour leur première année d’activité.

Omar Hassan – Fisaly (Lille)

Né en Somalie pendant la guerre civile, Omar rejoint la France durant son enfance. Il souffre d’énurésie qui se dissipe en grandissant.

Mais en voyant son neveu souffrir de la même pathologie taboue, il fait des recherches sur l’impact des traumatismes dûs à l’incontinence urinaire. Il se rend compte que cette pathologie touche une part importante de la population (10%).

Il collabore alors avec des chercheurs du CHU de Lille afin de développer une solution de diagnostic non invasive, respectant la dignité du patient. Cette deeptech de dispositif médical, après avoir été validée par des tests techniques, est en cours de tests cliniques.

Anne-Sophie Thomas – Gestia Solidaire (Lyon)

Anne-Sophie démarre sa carrière dans l’immobilier.

Choquée par les pratiques des agences, elle se tourne vers l’économie sociale et solidaire puis quitte tout pour se former au Canada. Là-bas, elle soutient une thèse sur les problématiques du mal logement.

De retour en France, elle souhaite proposer des solutions concrètes et lance Gestia Solidaire, une agence immobilière aujourd’hui présente à Lyon et Paris. La particularité de cette agence réside dans l’accompagnement des propriétaires à valoriser leur patrimoine et dans la priorité donnée aux locataires habituellement refusés par les agences classiques (étudiants sans garant, actifs sans CDI, familles monoparentales à petits revenus).

David Ménétrier – Phisao (Montpellier)

David est de ces scientifiques convaincus qui n’abandonnent pas. Après 8 ans de recherche et de développement seul dans son laboratoire aménagé dans un coin de la maison de ses parents, David trouve des principes actifs naturels et bio encore inconnus de l’industrie cosmétique. Sa découverte permet de proposer le premier anti-transpirant sain et sans sel d’aluminium. En cours de validation par des tests cliniques, le produit sera disponible en janvier 2022.

Cécile Amiah – Izypaper (Paris)

Juriste camerounaise, mais entrepreneure dans l’âme, Cécile s’intéresse de près à l’automatisation et au secteur de la Legal Tech.

En arrivant en France, elle se heurte au problème de création d’entreprise en tant qu’étrangère et décide donc de lancer Izypaper, une Legal Tech qui simplifie toutes les démarches des entrepreneurs étrangers souhaitant se développer et créer de l’activité économique en France.

Thomas Fattore – Lium (Orange)

Thomas a grandi proche des forêts du Vaucluse et a vu progressivement l’écosystème de sa région partir en fumée.

Lors d’un stage d’ingénieur en Afrique du Sud, il est marqué par le désarroi d’un pays en stress hydrique et démuni face à la disparition de ses parcs naturels.

Il souhaite ainsi utiliser ses compétences d’ingénieur pour aider les pompiers et en priorité ceux de sa région natale. Il développe et teste avec eux des ballons d’hélium statiques avec des capteurs embarqués permettant la surveillance des forêts sur des temps longs et à moindre coût.

Chacun d’entre eux a présenté son projet confiant, faisant preuve d’assurance et surtout d’une grande aisance.

« Sur la Scène, c’est l’expression même de la formule « think out of the box ». Avec la Scène j’ai beaucoup appris sur moi-même, mais aussi à aller au-delà de mes propres limites : Izypaper que je promeus est une solution LegalTech (technologie appliquée aux services juridiques ) et la présenter dans un théâtre c’est se défaire des codes et revêtir les ailes de la liberté.. »  Cécile Amiah, fondatrice d’Izypaper

Parmi ces projets, certains ont retenu tout particulièrement notre attention. D’autres un peu moins.

Cela n’a pas grande importance puisque nous ne sommes pas investisseurs, mais l’important est que le challenge de tous ces jeunes entrepreneurs – se présenter sur « Scène » et défendre son projet avec force et passion – ait été validé. Et rien que pour ça, on leur dit : bravo !

Les 9 entrepreneurs avec quelques uns des membres du jury @zenitudeprofondelemag.com

Nous leurs souhaitons à tous une belle ascension !

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :