En dépit du report du festival Off d’Avignon, le Théâtre littéraire Le Verbe Fou présente une jolie programmation pour le mois de juillet 2020.

Si vous êtes dans la région, je ne saurais que trop vous inviter à aller soutenir ces artistes qui osent maintenir leurs représentations.

Programmation

Du 15 au 20 juillet 2020 

11H – LES AUDACIEUX, COLETTE/DEBUSSY

Mathilde Maumont, comédienne, et Jean Philippe Guillo, pianiste, 
proposent un florilège des oeuvres de ces deux artistes qui ont bousculé les codes de la composition et de l’écriture. 
À l’avant garde littéraire et musicale de la Belle Epoque, ils sont maintenant devenus des classiques. 
Une invitation à déguster, dans un salon empreint de liberté, l’entrelacement de la musique et des mots.

Interprétation : Mathilde Maumont
Interprétation au piano : Jean-Philippe Guillo 
Co-Production : Compagnie Imagine – Le Verbe Fou

14H45 – Loup cherche beurre désespérément (0H50)

Théâtre et dessin en direct

Auteur et interprète : Manuelle Molinas
Illustratrice : Pascale Breysse
Mise en scène : Khalida Azaom 
Co-Production : Compagnie Fantasio 

21H00 : Amor sulfurosa – Lionel Damei (1h00)

Lionel Damei et Alain Kingler se penchent sur l’amour et ses variations, en chansons à peine voilées voire plus explicites, le tout ponctué de fragments littéraires bien sentis. Ils peuvent s »identifier parfois, quel que soit «  le genre « , avec une aisance troublante, à certains types d’individus plus ou moins fréquentables que la morale réprime et envie forcément.

Ce récital corrosif et malicieux propose à travers la fréquentation des noirs poisons de l’art, de renouer avec l’esprit de ce que fut le XVIIIème siècle, le plus intelligent de tous les siècles. 

Cette polyphonie de correspondances c roisées, entre chanson et littérature, esquisse une sorte de nouvelle éducation sentimentale (petites annonces, hymnes à la fécondité, marches nuptiales, lettres de rupturesà et sensuelle (thanatos, sexe, identité de genre, étrangeté)… en toute innocence et circonstances.

Nuage de noms d’auteurs, d’interprètes, de compositeurs :
Molière, Chanfort, Schultheis, Robi Louys, Brassens, Marquis de Sade, Farmer, Taxi girl, Barbara Bouquet, Ferré, Flaubert, Bashung, Guilbert, Douglas, Wilde, Caven, Moreau, Wittkop, Vartan, Philippe Guidoni, Gainsbourg, Galea, Régine, Patachou, Dutronc

Lionel Dameï : comédien, chanteur, auteur
Alain Kingler : comédien, chanteur, pianiste
Production : Compagnie Chansons de Gestes
Regard extérieur : Christophe Roussel
Co-réalisation : Chansons de Gestes – Le Verbe Fou

Du 21 au 26 juillet 2020

11H00 LE CORPS DE MON PÈRE Michel Onfray – (1h10)

Le corps de mon père est un extrait du Journal hédoniste du tome 1, 
« le désir d’être un volcan », paru en 1996.

Dans ce texte autobiographique, l’auteur Michel Onfray évoque avec pudeur et lyrisme son enfance auprès de son père, un ouvrier agricole taciturne et très courageux. 
Il parle de l’amour infini, bien que rarement exprimé, qui les liait.

Une ode magnifique à la figure paternelle et une bouleversante déclaration d’amour filial.

Texte : Michel Onfray
Interprétation, Mise en scène et création sculptures : Bernard Saint Omer
Production : Rhizomes Compagnie

14H45 : Petit chaperon rouge – (0h50)

C’est le jour anniversaire de la grand-mère. 
Elle a 100 ans !
C’est la fête, elle prépare un gâteau d’anniversaire, et surtout elle attend sa petite-fille….
Notre histoire parle de la transmission de l’histoire, de la confiance que la grand-mère va donner à sa petite fille en l’aidant à identifier le loup et à le combattre, à ne pas avoir peur. 

C’est une histoire de relais entre les générations, c’est aussi une histoire sur le temps qui passe, sur la filiation, sur l’importance de raconter des histoires pour donner des clés pour la vie.
Au fil du spectacle, d’autres contes des frères Grimm sont racontés par la grand-mère, comme une veillée d’autrefois. 

Adaptation et interprétation : Sophie Millon
Mise en scène : Günther Leschnik
Masque, costumes : Martine Bechir
Décor : Roland Ducroux
Production : Compagnie du Corbeau Blanc

21H00 : Une Reine en Exil – Jean-Paul Chabrier (1h00)

La Reine en Exil nous entraîne dans une vie rêvée de Pina Bausch.
La chorégraphe a toujours travaillé sur l’humain. La  » Reine en Exil « , elle, joue sur l’absence où la parole et le mouvement sont fantomatiques, transparents, éphémères. 
On est donc Philippine Bausch, et on ne l’est pas. Il n’y a rien là qui soit autobiographique, et, à la vérité, rien non plus qui ne le soit pas. 
Pina Bausch est morte soudainement, le 30 juin 2009, d’un cancer généralisé dont elle ignorait être atteinte.
Elle part en pleine lumière, en pleines répétitions.

Une «  Reine en Exil  » est dans l’instant de ce brutal départ, et, au-delà dans son irréparable vide.

A corps perdu la Reine en Exil est immobile aussi, au centre des choses.
Une Reine dans la cage des souvenirs, enfance, voyage, elle danse et danse encore.

Pina Bausch touche, trouble, émeut. 

J’essaie de savoir où ont lieu mes sentiments (Pina Bausch).

Interprétation : Sylvie Pellegry
Auteur : Jean-Paul Chabrier
Mise en scène : Günther Leschnik
Production : Compagnie du Corbeau Blanc
Co-réalisation : Théâtre du Corbeau Blanc – Le Verbe Fou
Site :
www.theatreducorbeaublanc.com

Du 28 au 31 juillet 2020

14H45 : Le Petit Avare – Molière (1h15)

Cette version de l Avare fait partie d’une série destinée à faire connaître les pièces de Molière au plus grand nombre en présentant une version courte à 2 comédiens alliant masques, marionnettes danses chants, dans le plus grand respect du texte de l’auteur.

Harpagon, riche vieillard, fait subir à toute sa maisonnée sa passion aveugle et tyrannique pour l’argent. Son avarice fait obstacle aux projets amoureux de ses enfants, le pousse à soupçonner ses proches et donne envie à ses serviteurs de le tromper. 
Quand il apprend que son fils est son rival auprès de la belle Mariane et qu’une cassette pleine d’or lui a été dérobée, 
sa fureur est à son comble et frappe de stupeur tout son entourage…

Auteur : Molière
Artistes :  Séverine Wolff et Olivier Schmidt 
Metteur en scène : Florence Fouéré
Co-Production : Compagnie La Strada – Le Verbe Fou

19H – Du 17 au 31 juillet 2020 (les jours impairs) –  Requiem pour un louis d’or (1h20)

4 auteurs, un même thème : l’Argent !!
Spectacle articulé autour de 4 nouvelles du 19ème 

Parmi les grands thèmes  qui ont inspiré de nombreux écrivains, il en est un qui déchaîne toutes les passions et révèle l’âme humaine dans son étonnante et terrible complexité : l’Argent !
Requiem pour un louis d’or met en scène, dans le respect du texte,  quatre nouvelles de grands auteurs de la fin du XIX ème siècle.

Après l’ironie jubilatoire et légère d’ une petite femme bien moderne d’Alphonse Allais et le faux romantisme mordant de Virginie et Paul de Gustave de Villiers de l’Isle-Adam, vient l’intense  moment de mystère et d’émotion, avec La hache d’Or de Gaston Leroux. 

Enfin le spectacle s’achève sur une peinture franchement comique du monde paysan dans Une vente de Guy de Maupassant. Dans un décor évolutif, la mise en scène rythmée et musicale est au service de ces textes aux couleurs différentes, mais qui tous dépeignent, au travers de situations parfois cocasses, la cruauté qu’engendre la soif ou le manque d’argent, nerf intemporel de la guerre !

Auteurs : Alphonse Allais, Villiers de l’Isle-Adam, Gaston Leroux et Guy de Maupassant
Interprétation et Mise en scène : Anne MarlangeContact
Co-Production : Compagnie Laventurine – Le Verbe Fou

Au moment où j’écris cet article, je n’ai encore vu aucune des pièces bien entendu. Mais de vous à moi, il y en a une ou deux qui me font de l’oeil, pas vous?

Infos Pratiques

LE VERBE FOU – Théâtre Littéraire

95 rue des Infirmières – AVIGNON – Tél. 04.90.85.29.90

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :