«Pouvons-nous réconcilier l’être social, avec celui qui cherche les plaisirs des sens?» Arnaud Denis (metteur en scène et interprète du rôle de Jack)

La pièce.

Deux dandys de la haute société londonienne découvrent qu’ils ont recours au même
stratagème pour mener une double vie: ils s’inventent chacun un faux frère malade qui leur sert
d’alibi, afin de satisfaire leurs escapades libertines. Mais l’amour vient à s’en mêler, et il leur faudra
faire un choix.

Jack et Algernon pourront-ils continuer à mentir ainsi à leur entourage?

Pourront-ils éviter que la vérité éclate auprès de leurs fiancées respectives? C’est sans compter sur la vénérable Tante Augusta, qui veille à ce que la morale soit respectée en toute chose… croit-on.

Je me suis laissé dire que cette pièce serait « LE » chef-d’œuvre d’Oscar Wilde. Ne l’ayant pas encore vue, je ne peux que vous la présenter de façon fort peu subjective . Je reviendrai bien entendu très prochainement ici même pour vous dire ce que j’en aurai pensé !

Je peux toutefois partager d’ores et déjà avec vous la note d’intention d’Arnaud Denis metteur en scène (et interprète du rôle de Jack)

Avec L’importance d’être Constant, Oscar Wilde signe son plus grand chef-d’œuvre au théâtre. Aérien et volubile, naturel, insolent, fluidité et sens du rythme font tout.

Cette pièce pourrait être une pochade, un prétexte pour lancer quelques mots d’esprits, mais le propos
s’aventure bien au-delà d’un amusement frivole. La société victorienne et sa morale acerbe sont pour-
fendues avec une verve inégalée.

Wilde est mordant sans être désenchanté. Pas de cynisme, mais au contraire une ode à l’amour et à la liberté des sens. La plus grande ennemie du bonheur: l’hypocrisie.

Ce n’est pas un théâtre bourgeois, c’est un théâtre qui pourfend la bourgeoisie précisément, frôlant,
parfois, l’absurde.

Aux jeunes amants, l’auteur oppose la figure morale absolue à travers Lady Bracknell (Evelyne Buyle) ; personnage fantasque et terrifiant, qui n’est pas sans évoquer la reine Victoria ou encore celle de Lewis Caroll.

Avec Evelyne Buyle, nous tendrons vers une folie baroque, jamais méchante, mais toujours inquiétante et inattendue.

« Hypocrite! Mon neveu ? Impossible, il sort d’Oxford ! » Lady Bracknell


J’ai proposé de décaler légèrement l’action dans les années folles, juste après la guerre ; ce temps est encore un hommage au dandysme chez les hommes, tout en faisant sentir le début d’une certaine émancipation pour les femmes.

L’œuvre est étonnamment féministe pour son époque.

Car s’affranchissant de leur éducation et saisissant leur destin avec une poigne de fer, les personnages de Gwendoline (Delphine Depardieu) et Cecily (Marie Coutance) apparaissent libres et modernes.
Mais nous n’oublions pas que, si son succès est à son apogée au moment où la pièce fut créée, la descente aux enfers du génie n’est pas loin. On continuera de jouer la pièce à Londres, en ayant soigneusement retiré le nom de l’auteur sur l’affiche, privé de droits d’auteur et emprisonné pour avoir préféré les hommes…

Je ne résiste pas à l’envie de partager également avec vous ces quelques répliques …

« En s’obstinant à rester célibataire, un homme devient une tentation permanente. »

Miss Prism (Nicole Dubois)

«Les principes de haute moralité n’ont jamais rendu personne heureux, ni bien portant.»

Jack (Arnaud Denis)

«Dans le mariage, à deux on s’ennuie, à trois on s’amuse!» Algernon (Olivier Sitruk)

Alors? Aussi tentés que moi d’aller les applaudir au Théâtre Hébertot ?

INFOS PRATIQUES

L’IMPORTANCE D’ÊTRE CONSTANT D’OSCAR WILDE

Mise en scène Arnaud Denis, assisté d’Ariane Echallier
Avec Evelyne Buyle, Olivier Sitruk, Delphine Depardieu, Arnaud Denis, Nicole Dubois,
Marie Coutance, Jean-Pierre Couturier, Gaston Richard, Fabrice Talon
Décors Jean-Michel Adam 

Lumières Cécile Trelluyer 

Costumes Pauline Yaoua Zurini 

Musique Bernard Vallery 

À partir du 20 septembre 2022

THEATRE HÉBERTOT
Du mardi au samedi 21h. dimanche 15h.
Relâche le 25 décembre et 01 janvier

Réservation : au guichet du théâtre, 78 bis boulevard des Batignolles 75017 Paris (lundi de 11h à 18h, du mardi au samedi de 11h à 20h, le dimanche de 11h à 16h30), par téléphone au 01 43 87 23 23 et en ligne sur www.theatrehebertot.com

%d blogueurs aiment cette page :