Synopsis : 3 clowns c’est un total de 170 années. Ils ont déjà bien roulé leurs bosses mais la flamme est toujours là et ils vont faire leur cirque.

En toute coquetterie nous pensons que 55 ans passés c’est un bon âge. Nous chérissons nos essoufflements et notre fatigue, leurs manifestations sont matière à jouer. Ceci dit, rassurons-nous, nous ne sommes pas si vieux.

Il y a des loges de fortune, un cercle tracé au sol et en son centre une table et trois acteurs autour.

Crédits photos Gilles Dantzer

Les spectateurs entrent.

La représentation a-t-elle commencé ?

Les acteurs se transforment en clowns. Monsieur Lô, le Blanc et les Augustes Marcel et Airbus révisent leurs classiques puis partent pour un hommage aux clowns d’antan et ça dérape crescendo. Perruques, grandes chaussures, peau de banane, tarte à la crème, fausses sorties, domptage, fanfare, engueulades, jonglage, coups-fourrés, scintillements, acrobaties, mélancolie, cascades, opportunisme et gloutonnerie, pouvoir et autorité, veuleries, crâneries, haute estime de soi et encore un tour de piste.

Tout cela épuise mais le vide après la prouesse c’est notre lot. Parce que ce monde est trop plein, trop bruyant, trop agité. Jouer des ficelles du cirque et des clowns, les revisiter et les détourner, mettre en abyme la fonction d’amuseur c’est comme un témoignage. Comme un documentaire cruel mais amusé sur notre métier et ses histoires que nous jouons pour vous ce soir

Mon avis : Le clown n’est pas forcément le genre que j’affectionne le plus au théâtre. Souvenez-vous de ça ! Bon disons qu’en entrant dans la salle et voyant leurs tronches pastichées de maquillage clownesque : je me dis que ces trublions ne vont pas devenir des monstres tueurs d’un seul coup.

Allez ça commence… sans avoir vraiment commencé…

Le trio est déjà attablé pendant que nous nous installons dans les fauteuils du vieux théâtre Trévise. (Pour information, un grand appel aux dons est lancé pour rénover le théâtre ; cliquez sur le lien, le lieu regorge d’anecdotes assez improbables : https://ymca14trevise.paris/le-14-trevise/les-espaces-emblematiques/le-gymnase/)

Alors vous êtes sur le quai de cette pièce, est-ce que vous allez prendre ce train dès le début, pendant ou pas du tout

C’est un spectacle qui interroge sur la manière d’appréhender le genre du clown. Est-ce que c’est du théâtre, du cirque ou de la performance…???

On se pose beaucoup de questions et c’est ça qui est intéressant.

Crédits photos Christophe Frossart Alfonsi

Où se situe la limite entre comique et dramaturgie ? Qu’est ce qui importe pour ces clowns : nous faire rire, rêver, pleurer ou nous questionner ?

Les clowns sont ceux qui vont nous raconter l’Histoire avec un grand H en révisant les classiques de ce genre : la peau de banane, les acrobaties, le comique de répétition mais aussi les codes du comique de répétition et du burlesque.

On sent vraiment une recherche dans la narration et dans la création de sketchs pour permettre aux spectateurs d’être embarqués dans une réflexion sur : « Qu’est-ce qu’un clown ? »

Le trio est porté par Monsieur Lo qui est le clown blanc et Airbus et Marcel qui sont les clowns rouges ou les Augustes.

On sent une véritable osmose et un vrai travail sur l’arc créatif du spectacle, chacun a ses compétences et chacun sait où est sa place.

Crédits photos Christophe Frossart Alfonsi

Je pourrais vous parler de ce spectacle pendant des heures car il fait office de pièce de réflexion et de travail sur la façon dont le théâtre peut se transformer en documentaire d’une réalité cruelle : les clowns font-ils rire encore à l’heure d’aujourd’hui ?

Allez voir ce spectacle et vous me donnerez votre avis!

Maxime Patrault

INFOS PRATIQUES

3 Clowns au Théâtre Trévise

14 Rue de Trévise, 75009 Paris

Auteurs : Laurent Barboux, Lionel Becimol, Alexandre Demay

Artistes : Laurent Baroux, Lionel Becimol, Alexandre Demay

Du 30 novembre au 28 décembre à 19h les mardis et mercredis

%d blogueurs aiment cette page :