Synopsis du spectacle : 

Adèle, chanteuse lunaire et fantaisiste, débarque en désordre dans la vie de Paul, pianiste anxieux et inaccessible. Leur cohabitation est quelque peu chaotique mais leur amour pour la musique de Georges Gershwin va leur permettre de dépasser leurs divergences. Doutes, colères, répit, espérance…

Cette pièce musicale est un spectacle haut en couleur et surtout en belles notes.

Paul, Gershwin et moi – Mathilde Maumont et Jean Philippe Guillo. Crédits photos Pierre Planchenault

Notes vocales portées par la délicieuse Mathilde Maumont qui avec sa gouaille de titi parisien accorde sa voix avec le fabuleux Jean Philippe Guillo. C’est un excellent pianiste, musicien et chanteur aussi. On l’entend quelques fois poussé la chansonnette. Mention spéciale à Mathilde pour les claquettes. 

Une histoire toute simple de chanteuse à la recherche du musicien qui saura lui faire comprendre comment chanter Gershwin et surtout comment le ressentir.

Bien sûr quand on ressent, on commence à s’ouvrir et le début d’une histoire d’amour commence. 

Romance qui va se poursuivre sur une tournée commune mais qui va faire chavirer les égos… 

C’est exactement le petit point qu’on peut reprocher à Mathilde Maumont : de ne pas impliquer plus le spectateur dans son énergie. Le partage se fait magnifiquement bien avec Jean Phillippe Guillo mais il manque un petit truc pour le public pour qu’on se sente plus emporté et qu’on ne regarde pas basiquement un spectacle de cabaret. 

Mais en tout cas la folie des claquettes et du décor rattrape les notes bleues de la chanteuse. 

C’est un spectacle qui mérite d’être vu pour le répertoire, l’ambiance jazzy swing, les claquettes, les nombreux costumes, les petits tours de magie, les sequins. 

Paul, Gershwin et moi – Mathilde Maumont et Jean Philippe Guillo. Crédits photos Pierre Planchenault

On se prend à se lier d’amitié avec ce duo et toute la sympathie qu’on a pour eux nous envahit. On aimerait fortement qu’ils partent réellement en tournée main dans la main. 

La fin est magistrale avec ce décor à couper le souffle. 

On notera la mise en scène excellente de Pierre Cassignard. 

Un spectacle rafraichissant qui saura vous faire taper du pied pour battre le rythme.

INFOS PRATIQUES

Paul, Gershwin et moi

du 7 au 31 juillet – Relâches : 12, 19, 26 juillet

à 13h30

Metteur en scène : Pierre Cassignard

Interprète(s) : Mathilde Maumont, Jean Philippe Guillo

Création lumière : Vincent Castaño

Décor : Romain Robert

Effets lumineux, magiques et sonores : David Allain

LA PETITE CASERNE

119, rue Carreterie
84000 – Avignon

Réservations : 04 90 86 85 79

Merci à l’attachée de presse Dominique Lhotte de nous avoir fait découvrir ce spectacle.

Maxime Patrault

Article écrit par notre chroniqueur Maxime Patrault

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :