Sélectionner une page

C’est avec grand plaisir que j’ai assisté lundi dernier à la Cérémonie de remise des PRIX SNCF DU POLAR, au Studio 104 de la Maison de la Radio. 

Pour cette 18ème édition, la soirée qui était pour la première fois ouverte – sur invitation – au grand public, s’est tenue en présence de nombreux auteurs, dessinateurs, réalisateurs et professionnels de la Culture.

prix-polar-sncf-2018

Le Prix SNCF DU POLAR

En allant partout en France dans les trains, dans les gares et dans les grands festivals dont il est partenaire, le PRIX SNCF DU POLAR est allé à la rencontre des amateurs de polar et de son jury pour élire les 3 lauréats. 

44 000 votes ont été recueillis entre le 5 octobre 2017 et le 31 mai 2018, soit plus de 20% qu’en 2017 : un record pour cette 18e édition.

 

Le PRIX SNCF DU POLAR: LES LAURÉATS

prix-polar-sncf-2018

Le PRIX SNCF DU POLAR dans la catégorie ROMAN a été attribué à

Víctor del Árbol pour son livre Toutes les vagues de l’océan
aux Éditions Actes Sud, collection Babel Noir

victor_del_arbol_toutes_les_vagues_océan-prix_polar_sncf_2018_zenitude_profonde_le_mag
L’histoire :
Gonzalo Gil reçoit un message qui bouleverse son existence : sa sœur, de qui il est sans nouvelles depuis de nombreuses années, a mis fin à ses jours dans des circonstances tragiques. Et la police la soupçonne d’avoir auparavant assassiné un mafieux russe pour venger la mort de son jeune fils.
Ce qui ne semble alors qu’un sombre règlement de comptes ouvre une voie tortueuse sur les secrets de l’histoire familiale et de la figure mythique du père, nimbée de non-dits et de silences.
Une admirable fresque dans un XXe siècle dantesque porteur de toutes les utopies et de toutes les abjections humaines.
Je ne peux pas vous en dire plus car je ne l’ai pas encore terminé mais ce que je peux vous dire c’est que Víctor del Árbol avait déjà reçu en 2015 le Grand prix de la littérature Policière étrangère.
En préparant cet article, je suis d’ailleurs tombée sur des avis de lecteurs qui ne tarissaient pas d’éloges sur ce roman. Voyez plutôt :
«…rien qui pourra vous préparer à cette bombe littéraire, ce scud venu tout droit de l’ancienne terre soviétique qui va vous envoyer illico presto aux portes de l’enfer, cerné(e) par les marécages de Nazino.
Nazino, cette « île des cannibales » où furent déportées 6 000 personnes, sans nourriture, sans abri, sans rien excepté ce qu’ils avaient sur le dos…»
ou encore:
«Víctor del Árbol nous offre un livre aux multiples facettes humaines, historiques; avec lui c’est un siècle de l’histoire de notre monde qui défile. Comment le passé d’Elias Gil, connu comme le héros sans faille du parti communiste espagnol , réchappé par miracle de l’enfer de Nazino, privé d’un oeil, ennemi juré d’Igor Stern rescapé lui aussi de Nazino devenu un roi de la pègre russe, comment ce passé donc peut-il être aussi encombrant pour Gonzalo Gil son fils ? Comment peut il expliquer l’engagement de Laura Gil , sa soeur dans une lutte sans merci contre un réseau international , lutte qui la conduira au suicide ? Qui sont tous les acteurs de ce drame, quels masques portent ils, qui sont les bons qui sont les méchants ? D’ailleurs y a t’il des gentils et des méchants ?
Vous l’aurez compris je suis assommée ! (…) A lire sans aucune hésitation .»
Je pourrais continuer ainsi pendant de nombreuses pages car les commentaires élogieux sont nombreux.
Si cela vous intéresse, vous pourrez les trouver facilement. Pour ma part, mais je vous invite plutôt à vous plonger dans Toutes les vagues de l’océan qui est disponible ICI.
L’auteur :
Víctor del Árbol, né en 1968 à Barcelone, est un romancier espagnol, auteur de romans policiers.
De 1992 à 2012, il travaille comme fonctionnaire dans la police régionale catalane et amorce une carrière d’écrivain en 2006 avec la publication du roman El peso de los muertos. C’est toutefois la parution en 2011 de La Tristesse du samouraï traduit en une douzaine de langues et best-seller en France, qui lui apporte la notoriété.

Le PRIX SNCF DU POLAR dans la catégorie BANDE DESSINÉE a été attribué à

Max de Radiguès pour sa bande dessinée Bâtard
aux Éditions Casterman

prix-polar-sncf-2018-bd-batard-bd-max-de-radigues
 L’histoire: Quelque part dans le sud-ouest des États-Unis, de nos jours. May et son fils Eugène tracent la route, le coffre de leur voiture plein de sacs de billets de banque.

Ils viennent juste de participer à un « coup » exceptionnel : 52 braquages simultanés, le même jour, à la même heure, dans la même ville.

La police, prise complètement au dépourvu, n’a rien pu faire ! Mais après quelques jours, on commence à retrouver certains braqueurs ou plutôt leurs cadavres… La cavale prend alors une toute autre tournure. May et Eugène se retrouvent poursuivis par quelques survivants de leur propre bande, qui veulent garder l’ensemble du butin pour eux seuls.

L’auteur – dessinateur : 
Né en 1982, Max de Radiguès vit et travaille à Bruxelles. Il a signé de nombreux titres, certains prépubliés en fanzines, et a également participé à plusieurs ouvrages collectifs. En janvier 2017, il signe La Cire moderne avec Vincent Cuvellier au scénario.

Vous pouvez vous le procurer ICI

 

 

Le PRIX SNCF DU POLAR dans la catégorie COURT MÉTRAGE a été attribué à

Daniel Brunet & Nicolas Douste pour leur court métrage Speed Dating
produit par AS&M Prod

speed-dating-prix-polar-sncf-2018

L’histoire :
Il a négocié avec les plus dangereux terroristes.

Cette fois, il affronte la pire situation: il a sept minutes pour la séduire, sinon elle explose…

Les réalisateurs :
Nés tous deux en 1977, Daniel Brunet et Nicolas Douste se rencontrent à Aix-en-Provence en juin 2000 lors d’un festival vidéo étudiant. Nicolas emporte le prix du jury avecVersus, tandis que Daniel gagne celui du public avec Vampyrus. Depuis ils ne se quittent plus ! Speed Dating est leur quatrième collaboration.

APRES LA REMISE DES PRIX, LA SOIRÉE S’EST POURSUIVIE PAR UN CONCERT DU TRAFFIC QUINTET.

Créé par la violoniste Dominique “Solrey” Lemonnier, cet ensemble composé de musiciens de l’Orchestre national de France, est spécialisé dans la synchro entre vidéo et interprétations musicales.

Bien évidemment pour s’accorder au thème de la soirée, le Traffic Quintet a interprété des musiques de films sur fond de « polar ».

QUI SONT LES LAURÉATS DU PRIX SNCF DU POLAR 2018 ? zenitudeprofondelemag.com

Le Traffic Quintet

 

Pour illustrer ces musiques, Solrey, la violoniste fondatrice du Traffic Quintet a imaginé une « déambulation d’images » qu’elle a tout naturellement intitulée « SUSPENSE », en hommage au peintre français Jacques Monory, (l’un des principaux représentants du mouvement de la figuration narrative) dont les tableaux suggèrent des atmosphères lourdes et menaçantes. 

jacques-monory-polar

ENIGMES . 1991-1996 –
Jacques MONORY

Comme tout bon polar qui se respecte, ces courts métrages faisaient froid dans le dos… 

Vous voulez en voir quelques extraits?

Et celui-là est encore plus flippant!!!

Et pour terminer, ce film culte incontournable …

QUI SONT LES LAURÉATS DU PRIX SNCF DU POLAR 2018 ? zenitudeprofondelemag.com

Ne me dites pas que vous ne vous souvenez pas de cette scène???  

 

Cette belle soirée s’est terminée par un cocktail dinatoire fort sympathique qui s’est prolongé tard dans la nuit… 

polar sncf 2018

Bon début de semaine !

Crédits photos : Anne et Arnaud, Jacques Monory et Zenitude Profonde Le Mag

%d blogueurs aiment cette page :