Pour une fois, je commencerai cet article par ce qui d’ordinaire tient lieu de conclusion à savoir que cette pièce, déjà drôle en soi est parfaitement mise en scène et remarquablement interprétée.

Pourquoi cette façon peu orthodoxe d’en faire la chronique?

Parce que nous sommes dimanche, détail qui a toute son importance puisque les représentations de Un Fil à la patte ont lieu le dimanche (à 16h30 pour être précis).

Croyez-moi vous pouvez y aller les yeux fermés (enfin façon de parler!), vous êtes sûrs de passer un excellent moment.

Une fois que je vous ai dit l’essentiel, je reprends le fil de l’article de façon plus « classique ».

Un Fil à la Patte est « un Feydeau » autrement dit une pièce où le comique de situation est omniprésent.

Le Pitch :

Si Fernand de Bois d’Enghien (Fabrice Pannetier) est revenu chez sa maîtresse, la cantatrice Lucette Gauthier (Laure Tregouët, à qui l’on doit aussi la mise en scène) qui l’accueille très chaleureusement dans son lit, ce n’était pourtant que pour lui annoncer sa rupture.

Car son mariage avec Viviane (Carla Girod), fille de la baronne Duverger (Nathalie Tregouët) est imminent.

Mais chez la belle Lucette, un défilé de personnages hauts en couleurs dont les motivations sont parfois fort farfelues se déroule.

On y croise Bouzin (Vincent Varinnier), par exemple, clerc de notaire insignifiant, auteur de chansons à ses heures perdues, venu pour proposer à Lucette sa dernière création. Et qui profitera de la livraison anonyme d’un magnifique bouquet pour y glisser sa carte et tenter de se faire bien voir de Lucette…

Il y a aussi le général Irrigua (Sébastien Lemoine), tout juste débarqué d’Amérique du Sud, amoureux de Lucette qui compte bien « touer » quiconque s’interposerait entre lui et sa dulcinée …

Et à qui croyez-vous qu’Irrigua demande conseil sur l’identité de son rival? À Fernand bien sûr, ce dernier s’empressant de l’orienter sur … Bouzin, le clerc de notaire!

Quant à la baronne – autrement dit la future belle-mère de Fernand – elle débarque elle aussi chez Lucette!

Car elle voudrait lui demander de chanter à la cérémonie de mariage de sa fille…

Et il serait évidemment très fâcheux qu’elle croise son futur gendre sortant – en caleçon – de la chambre de Lucette…

Enfin fâcheux, pas pour tout le monde car cela plairait beaucoup à Miss Betting (Sarah Gaumont) la soeur de Lucette qui évidemment en est jalouse….

Et que dire de Fontanet (Michel Baladi), personnage à l’haleine fétide dont les maladresses finiront par … bon je ne vous dirai pas tout car je vous répète que vous devez aller voir cette pièce qui est vraiment une succession de situations drôlissimes!

Quelques mots sur la Compagnie des Hauts de Scène

Fondée en juin 2005 sous l’impulsion de Laure Trégouët, directrice artistique et Bertrand Imbert, trésorier, la Compagnie des Hauts de Scène a pour ambition de créer et promouvoir toute œuvre théâtrale et de constituer une troupe permanente de création.

Depuis la première saison l’objectif est de rassembler les énergies autour d’un projet simple et motivant: préparer un spectacle. 

La compagnie compte plus de 10 intermittents mais également 1 costumier, 2 musiciens, 1 régisseur son et lumières et 2 personnes à l’administration et à la communication.

6 spectacles les cinq premières années…

… et une notoriété naissante qui permit la création de quatre ateliers-théâtre avec une cinquantaine d’élèves présentant leur travail en fin d’année devant le public.

La Compagnie des Hauts de Scène se veut ouverte aux projets les plus divers notamment des co-productions comme celle avec La Loge Infernale ou Théâtre et Vie pour LE JOURNAL D’ANNE FRANK, avec La Comédie Saint-Michel pour LE BÉRET DE LA TORTUE de Jean DELL et Gérald SIBLEYRAS (joué pendant plus de 2 ans à Paris et en province) ou le travail sur-mesure avec Signé GUITRY pour le Musée du Théâtre forain d’Artenay.

En 2011 et en confiant la mise en scène d’ Un petit jeu sans conséquence à Jean-Christophe BARC, la Cie des Hauts de Scène cherche à élargir son univers artistique et théâtral.

Laure Trégouët met en scène la nouvelle pièce de Vincent Varinier « Tu penses vraiment qu’à ça ?! » et la cie en assure la co-production avec plus de 300 représentations.

​Des créations …

La compagnie fait aussi la part belle à la création : « Ça c’est Feydeau » au Studio Marie Bell, « Auschwitz et après » de Charlotte Delbo joué depuis 2011 à Paris et en tournée.

Depuis 5 saisons, la Cie des Hauts de Scène a joué « la Souricière » d’Agatha Christie au Théâtre du Gymnase en partenariat avec The Mousetrap à Londres.

En 2012 nouveau spectacle… 

…et un nouveau Président, Alexandre Imbert, la compagnie des Hauts de Scène présente la comédie « La Salle de Bain » d’Astrid Veillon qui a été à l’affiche du Théâtre le Temple et en tournée dans toute la France.

Depuis 2016, « UN PETIT JEU SANS CONSÉQUENCES «  mise en scène de Eric Laugérias est en tournée dans toute la France

Et plus récemment, pour sceller les 15 ans de la Compagnie, « UN FIL À LA PATTE  » de Feydeau que je vous invite à aller applaudir au Théâtre du Gymnase.

Infos pratiques

UN FIL A LA PATTE de G. Feydeau
mise en scène de Laure Trégouët assistée de Sarah Gaumont

Avec: Carla Girod, Sarah Gaumont, Laure Trégouët, Julien Roullé-Neuville ou Fabrice Pannetier, Michel Baladi, Nathalie Trégouët, Vincent Varinier, Sébastien Lemoine

Théâtre du Gymnase Marie Bell (Salle du Petit Gymnase)
38, boulevard de Bonne Nouvelle75010 Paris

01 42 46 79 79

Représentations le dimanche à 16h30 (relâches les 31 octobre, 21 novembre et 12 décembre) et le samedi 18 décembre

Durée : 1h35

Réservations par téléphone ou billets en vente au guichet

Du lundi au samedi : 11h00 – 13h00 / 14h30-18h00 (au guichet jusqu’à 21h) – Le dimanche : 13h00 – 18h00

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :