Si vous me suivez sur Instagram, vous savez que j’organise un concours jusqu’au dimanche 23/10, en collaboration avec le Théo Théâtre.

Les gagnants – accompagnés de leurs enfants puisqu’il s’agit d’un spectacle jeune public – pourront découvrir cette jolie création de Solenn Delisle.

« Le Nain de Jardin et la Vénus Potagère «  est un pièce de  45 minutes environ, destiné à un public familial de 6 à … 106 ans !
C’est un conte poétique et musical « gentiment écolo-féministe ». Le beau côté de la vie et de la nature y est privilégié…

Après la pandémie et ses restrictions, il faut bien ça !

Et qui mieux que la créatrice elle-même pour vous présenter ce spectacle?

Je l’ai donc interviewée pour vous :

Membre de La SACEM, auteure et compositrice, SOLENN DELISLE a étudié le latin, le grec ancien, la philosophie et la musique, notamment le chant lyrique. Après avoir été enseignante et chanteuse lyrique (mezzo), elle associe le discours verbal et le discours émotionnel dans l’écriture de pièces de théâtre et de livrets d’opéra.

Son désir : relier l’ancien, le présent et le futur lointain dans une vision esthétique et philosophique fertile. Confiante dans la capacité de l’humanité à créer des valeurs ajoutées de plus en plus performantes… elle croit à une sublimation du réel de plus en plus élevée, malgré tout, malgré les difficultés et les échecs…

LOGO ZENITUDE PROFONDE LE MAG

D’abord racontez-nous comment est née votre passion pour la scène ?


S. D : Très jeune , je suis allée au spectacle : théâtre classique, opéra et aussi  musée, expositions.
Une immense émotion, celle d’une expression plus belle de la vie que la vie de tous les jours, m’envahissait chaque fois.

Au cours du secondaire, l’étude de Corneille, Racine m’a passionnée.

Le texte , seul, me semblait déjà recéler une force magnifique, que soulignait le jeu des acteurs et que la beauté du décor rehaussait sur scène.

Et sur scène , un des moments les plus émouvants auxquels j’ai assisté, c’est celui de l’opéra. Le chant lyrique  exprime la douleur ou le bonheur humain avec la force la plus impressionnante.

À la fin de la représentation de « La Traviata », j’étais si émue, par la musique, la voix, le drame, que j’ai posé cette question : Qui a écrit l’histoire? J’avais 16 ans.


Et cette question m’a poursuivie.
Après des études littéraires , latin, grec ancien, philosophie, j’ai enseigné la philosophie.

En même temps,  je me suis formée au chant lyrique .Au sein d’un groupe que j’ai formé : 
« Les voix de l’amour » : Piano, violon, violoncelle, voix,  j’ai chanté la mélodie française, le lied , la cantate dans toute la France.

LOGO ZENITUDE PROFONDE LE MAG

Comment passe-t-on du chant lyrique à l’écriture d’un conte musical?

S.D : (…) mon rêve le plus profond restait d’être dramaturge …

Conte, théâtre dramatique, livrets d’opéra…

À un moment particulier de ma vie, celui de la fin de vie de ma mère bien-aimée, j’ai écrit:« Ysande , Reine d’Ys », livret d’un grand opéra : Une idée de l’Europe Fédérale à partir de l’esthétique commune à tous les pays de ce continent , malgré leur(s) différence(s)…
« Histoire commune de la Lune » Livret d’un opéra bouffe , à propos du mariage pour tous.

« Vae Victaé! «  (Théâtre) : L’ Histoire sombre d’une très jeune fille amoureuse d’un pédocriminel en série.

« Oriane et son robot Angel » : Opéra de chambre sur la nécessité de verbaliser les traumatismes pour accéder, enfin, à la résilience.

Lucas Barbosa, jeune cinéaste a choisi ce thème pour son premier court-métrage, j’ai écrit le scénario avec lui. Il va concourir à plusieurs festivals de court-métrages.

« Le Long sommeil d’Elisabeth », une Ode lyrique à Elisabeth Jacquet de la Guerre, claveciniste admirée à la cour de Louis XIV, dans le salon de Madame de Montespan mais compositrice oubliée parce que femme.

Elle est aujourd’hui retrouvée, tant mieux.

LOGO ZENITUDE PROFONDE LE MAG

Pourquoi qualifiez-vous votre spectacle de conte écolo féministe ?

S.D : Les sujets actuels m’intéressent, au plus haut point, voilà pourquoi « gentiment écolo-féministe ». Je suis ravie que la société prenne conscience de la valeur du rôle des femmes et ne le considère plus comme « inférieur » .

Gentiment, parce que je n’imagine pas les femmes ressemblant à des bucheronnes, négligées et poilues.

Le soin du corps et sa beauté me paraît un progrès pas une diminution de l’être humain.


D’autre part, je comprends que les modes de consommation doivent respecter davantage la nature sans retourner, pour autant,   » à la chandelle et au cheval » voir pire.

Le public que je cible est « familial ». J’espère qu’il sera ému par la quête de l’harmonie, celle qui peut exister entre les hommes et les femmes, entre l’homme et la nature, celle de la progression tranquille vers une humanité plus belle, plus « zen », justement

Merci Solenn et à très vite !

INFOS PRATIQUES


0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :