Sélectionner une page

L’été, la chaleur, les vacances, beaucoup de bonnes raisons pour lire de bonnes BD !

Voici une sélection de dix volumes à glisser dans votre valise.

.

Aspergus et moi

de Pierre Vaquez et Didier Lévy

aspergus

Aspergus et moi, Didier Lévy, illustré par Pierre Vaquez, Sarbacane

Ce jeune rat vif et sympathique est l’un des trente assistants du fameux peintre de célébrités, Franz Aspergus.

C’est lui qui est chargé de préparer les noirs, si pauvre qu’il dort dans l’atelier, sous l’établi.
Mais voilà que le vieux maître perd le goût de peindre. Il aimerait tant retrouver la fraîcheur de l’enfance !
Une nuit, le petit broyeur de noirs lui propose d’essayer de peindre de la main droite, lui qui est gaucher… Révélation !
Puis avec un balai ou en fermant les yeux !
Aspergus s’amuse comme un fou, enfin, comme un enfant. Et peu à peu, aidé par le malicieux assistant, il invente l’Art moderne…
Un superbe album qui plaira aux enfants dés 5 ans mais aussi aux adultes.

Le dessin est superbe, il apporte une ambiance très particulière à cet album .
Elle donne envie de la faire découvrir aux plus jeunes, de se plonger dans ces planches incroyables avec eux.
Un album à lire et à offrir !

Aspergus et moi, édité chez Sarbacane, est disponible au prix de 17,5 €
Ma note : 9/10

À noter que Didier Lévy, l’auteur de l’album, et Pierre Vaquez, son illustrateur, ont remporté avec ASPERGUS ET MOI,  le prix Landerneau 2018 de l’album Jeunesse

Mon voisin Raymond

de Troubs

“Je vais chez Raymond, mon voisin d’à côté. Il n’y a qu’un bout de bois à traverser, et on arrive dans un petit hameau où n’habitent plus que son frère et lui maintenant. La petite maison où il vit, c’est celle où était son père les dernières années. Un sacré gaillard celui-là, qui ne voulait voir personne. Il y a deux pièces, une petite grange, un jardin et un verger derrière, où Raymond mettait des poules, mais comme avec les maladies nouvelles, il faut les enfermer, il a arrêté les poules. C’est comme ça. C’est assez pour vivre.”
Pas besoin de sujet incroyable ou d’une débauche d’effets pour faire une bonne bande dessinée,

Mon voisin Raymond en est le parfait exemple. Chronique de la vie rurale, de l’isolement mais aussi et surtout de l’amour que l’on peut avoir pour un petit bout de terre sans prétention cet album est très beau et très touchant.
Une belle réussite pour cette tranche de vie que Troubs parvient parfaitement à nous raconter.

L’album Mon voisin Raymond, édité chez Futuropolis, est disponible au prix de 17 €
Ma note : 7,5/10

Cuisine chinoise

de ZAO DAO

zaodao-cuisinechinoise

La jeune prodige Zao Dao met en scène des moments de la vie quotidienne autour de l’institution qu’est la gastronomie en Chine.

Avec humour et légèreté, elle nous décrit ce rapport si particulier des Chinois à la nourriture.
Passionnant et dépaysant voyage, «Cuisine chinoise» est une réussite.
Superbement dessiné par Zao Dao, dont je vous conseille les superbes carnets d’aquarelles édités eux-aussi chez Mosquito, les différentes histoires qui composent cet album sont intéressantes et surprenantes.
Grâce à la cuisine c’est toute une société qui est présentée avec talent.

Cuisine chinoise est une très belle découverte. À noter aussi la qualité irréprochable d’édition qui fait de cet album un très bel objet.

Cuisine chinoise, édité chez Mosquito, est disponible au prix de 20 €
Ma note : 8/10

Notes tome 11

de Boulet

Notes-Boulet

Les super-pouvoirs du cerveau humain, la multiplication de nouvelles technologies dignes du meilleur des romans de science-fiction, les effets spéciaux du cinéma, l’immensité de notre univers, l’infinité des découvertes scientifiques…

Pertinent et toujours drôle, Boulet nous guide sur le chemin de la connaissance pour nous montrer l’incroyable magie qui anime notre planète.
Onzième tome déjà des notes de Boulet, cette série tirée des strips qu’il propose sur son site ne perd pas en qualité. Il sait toujours aussi bien rendre drôle des petits moments du quotidien mais aussi lancer des réflexions plus profondes.
Le trait de Boulet est fantastique pour croquer les gens et les situations.
Les tomes peuvent parfaitement se lire de façon autonome, mais je vous conseille vivement l’intégralité de la série.

Une de mes séries préférées par un des pionniers du Blog BD.

Le tome 11 des Notes est édité chez Delcourt et disponible au prix de 18,95 €
Ma note : 10/10 (je n’ai aucune objectivité quand il s’agit de Boulet)

Moins qu’hier plus que demain

par Fabcaro

moins_quhier_plus_que_demain_fabcaro

 

Acceptez-vous d’être débordés par les tâches du quotidien ? D’aller déjeuner chez vos beaux-parents chaque premier dimanche du mois ? De mettre une liste sur le frigo pour savoir qui fait quoi dans la maison ? Et d’avoir des idées divergentes sur l’éducation de vos enfants ? Alors félicitations, vous voici unis par les liens d’un mariage précaire et conflictuel !
Album après album Fabcaro plonge un peu plus dans l’absurde avec un talent incroyable.
Dans celui-ci il est question de couple, une situation par page pour nous présenter des scènes du quotidien qui partent en « grand n’importe quoi »…
Très productif Fabcaro pourrait tomber dans la routine ou la répétition, il n’en est rien et nous livre encore une fois un album extrêmement drôle.

Moins qu’hier plus que demain est édité chez Glénat et disponible au prix de 12,75 €
Ma note : 8/10

Je préférerais ne pas

de Justin Wong

je_prefererais_ne_pas_justin_wong

Licencié de son entreprise à Hong Kong, un trentenaire célibataire, Butt, s’abandonne à la flemme et à la procrastination.

Pour occuper ses journées languides, il enchaîne les activités et lubies les plus saugrenues : faire semblant d’aller au bureau, s’orienter dans sa ville en fonction des réactions des badauds, créer un groupe “Moi je bosse pas” sur Facebook, redessiner les plans de la ville pour en faire sa cité idéale…

Comment utiliser au mieux un moment de pause dans une vie professionnelle ? Et au fond, est-il si important de travailler ? Voici le journal de bord d’un jeune homme d’aujourd’hui confronté à une situation de plus en plus commune, le non-emploi, mené avec un sens salutaire de l’autodérision.
Cette BD est une expérience, aucun code de la bande dessinée n’étant respecté. L’histoire se joue de la mise en page pour un résultat graphique époustouflant.
Le sujet n’est pas en reste et se fait le témoin d’une époque où on peut se retrouver sans travail du jour au lendemain.

Je préférerais ne pas est une superbe découverte truffée de bonnes idées, d’humour et de réflexion.
Éditée chez Rue de l’échiquier BD, elle est disponible au prix de 19,90 €
Ma note : 8/10

The End

de ZEP

the_end_zep_bd

Dans le cadre d’un stage, Théodore Atem intègre une équipe de chercheurs basée en Suède qui travaille sur la communication des arbres entre eux et avec nous. Ce groupe de travail dirigé par le professeur Frawley et son assistante Moon, tente de démontrer que les arbres détiennent les secrets de la Terre à travers leur ADN, leur codex. C’est en recoupant ces génomes avec la mort mystérieuse de promeneurs en forêt espagnole, le comportement inhabituel des animaux sauvages et la présence de champignons toxiques que le professeur comprendra que ces événements sonnent l’alerte d’un drame planétaire.
Depuis de nombreuses années maintenant on sait que le talent de ZEP ne se cantonne pas à Titeuf, il excelle aussi dans d’autres registres.
Après « Une histoire d’hommes » et « un bruit étrange et beau », déjà chez Rue de Sèvres, il signe avec The End un thriller écologique très efficace.
Porté par un très beau dessin superbement mis en couleur, cette histoire pousse à la réflexion sur notre place sur cette planète que nous respectons si peu.
Une fois encore Zep voit juste avec ce récit prenant et intelligent.
The End est édité chez Rue de Sèvres, et est disponible au prix de 19 €
Ma note : 9/10

L’atelier des gueules cassées

d’Amazing Améziane et Sybille Titeux

Latelier_des_gueules_cassees

 

Anna Coleman est une Américaine mariée à un médecin de Boston. Passionnée par la sculpture qu’elle a étudiée avec Rodin, elle va revenir à Paris lorsque la première guerre éclate. Elle accompagne son mari lorsqu’il se porte volontaire pour diriger un hôpital militaire. Elle découvre l’horreur de la guerre et les mutilations des soldats.
À Londres, elle visite le « Tin nose shop » un magasin de nez d’étain. Elle a trouvé sa vocation : créer un procédé de reconstruction faciale pour permettre aux gueules cassées de retrouver leur dignité et de continuer tant bien que mal à avoir une vie sociale et amoureuse.
La première guerre mondiale, en plus d’être particulièrement meurtrière, a laissé des hommes estropiés, marqués dans leurs chairs, ne pouvant plus avoir une vie simple.
Cet album basé sur ceux qui essayent de les aider est passionnant. À une époque où la chirurgie ne peut rien pour eux il faut le talent d’une sculptrice pour essayer de retrouver un visage.
L’histoire d’Anna Coleman est intéressante et le dessin (surtout la mise en couleur) colle parfaitement avec cette époque.
Un album qui permet de découvrir une héroïne inconnue.

L’atelier des gueules cassées, édité chez Marabulles, est diponible au prix de 17,95 €
Ma note : 7/10

La lente marche de l’araignée

de Pepeto

la_lente_marche_de_laraignee_pepeto_akileos

Sam Vox est un petit garçon de sept ans, dépourvu de bras et particulièrement intelligent vivant à Harlem.
Un jour, après avoir rencontré Malcom X, il décide d’aider les siens à s’écarter des voies du crime. Mais la vie de Sam bascule le jour où il croise le chemin d’un être étrange au corps couvert de curieux symboles : Joshua Zodd, un immortel victime d’une terrible chasse à l’homme…
Une BD qui se mérite !

Dense, complexe, riche, La lente marche de l’araignée est une œuvre qui sort de l’ordinaire.
Il faut la lire pour se faire une idée, mais si vous aimez le fantastique et les récits peu conventionnels, foncez ! Les dessins de Pepeto sont en plus magnifiques!

La lente marche de l’araignée, éditée chez Akileos est disponible au prix de 18€
Ma note : 6.5/10

Cher pays de notre enfance

d’Etienne Davodeau et Benoît Collombat

cher_pays_de_notre_enfance

Etienne Davodeau est auteur de bande dessinée. Benoît Collombat est grand reporter à France Inter. L’un est né en 1965, l’autre en 1970. Ils ont grandi sous la Ve République fondée par le général de Gaulle, dans un pays encore prospère, mais déjà soumis à la “crise”. L’Italie et l’Allemagne ne sont pas les seules nations à subir la violence politique. Sous les présidences de Pompidou et de Giscard d’Estaing, le pays
connaît aussi de véritables “années de plomb” à la française. Dans ces années-là, on tue un juge trop gênant. On braque des banques pour financer des campagnes électorales. On maquille en suicide l’assassinat d’un ministre. On crée de toutes pièces des milices patronales pour briser les grèves.

On ne compte plus les exactions du Service d’Action Civique (le SAC), la milice du parti gaulliste, alors tout-puissant.

Cette violence politique, tache persistante dans l’ADN de cette V° République à bout de souffle,est aujourd’hui largement méconnue.

En sillonnant le pays à la rencontre des témoins directs des événements de cette époque – députés, journalistes, syndicalistes, magistrats, policiers, ou encore anciens truands -, en menant une enquête approfondie, Etienne Davodeau et Renon Collombat nous révèlent l’envers sidérant du décor de ce qui reste, malgré tout, le cher pays de leur enfance...
Impressionnant travail de recherche et de mise en image, cet album est passionnant de bout en bout.
On découvre avec effarement les secrets de la république, des exactions dignes des pires polars.
On se pose mille questions en lisant cet album, sur la démocratie, sur le pouvoir de nos élus ou encore l’impuissance de la justice dans certains cas.
Un album nécessaire, à faire découvrir à tous ceux qui s’intéressent à l’histoire ou la politique.

Une nouvelle fois Étienne Davodeau signe un album fantastique !

Cher pays de notre enfance, édité par Futuropolis est disponible au prix de 24 €
Ma note : 9/10

Maintenant dites-moi, parmi tous ces albums sélectionnées par notre chroniqueur expert David, lequel vous tente le plus?

(Et bien sûr, si vous en avez déjà lu un ou plusieurs, n »hésitez pas à nous donner votre avis..)

Article rédigé par notre chroniqueur David Rémack 

Crédits photos: Editeurs

%d blogueurs aiment cette page :