Maurice Renoma invite William Bakaimo et Famakan Magassa pour une exposition inédite à l’Appart Renoma.

Pour accueillir une telle déambulation plastique aucun espace ne saurait être plus opportun que …

Cliquez sur l’image ci-dessus pour découvrir Scène symphonique à l’Appart Renoma

… L’APPART’ RENOMA, nouveau lieu culturel parisien



Après avoir été temple de l’absurde avec Mythologies du Poisson Rouge…

L’Appart Renoma – espace hybride en perpétuelle mutation – se réinvente…

Devenant l’avant-scène d’une nouvelle génération d’artistes émergents animés par la même volonté de bousculer les lignes. Un lieu d’échanges et de dialogues, aussi éclectique que fédérateur, à l’image de l’esprit libre de son fondateur.

Installé au-dessus de la boutique historique de la Maison, dans un appartement haussmannien du 129bis rue de la Pompe, en plein cœur du 16ème arrondissement de Paris, l’Appart Renoma est un nouveau lieu d’émulation artistique qui s’étend sur 220m2.

L’APPART’ RENOMA – Vue de l’Appart © Maurice Renoma


Ce lieu hybride, entre galerie et appartement, a pour vocation d’accueillir l’art sous toutes ses coutures, dans une ambiance intimiste.
Dédiée aux rencontres artistiques, la programmation se veut énergique et décalée, à l’image des autres lieux de la Maison tels que le Renoma Café, la boutique et son Souplex, ou encore le Renoma Hotel à Tel-Aviv.
L’Appart a été inauguré en septembre 2020 sur la vision déformée et cocasse du poisson en plastique Cristobal, avec l’exposition Mythologies du Poisson Rouge de Maurice Renoma.


Maurice Renoma, à la manière d’un chef d’orchestre, convie donc Bakaimo et Magassa dans ce lieu d’une originalité et d’une élégance rares pour une présentation foisonnante, au rythme des projections personnelles de chacun.

Scène symphonique

Cet accrochage, partition croisée de trois artistes, réunit des photographies de Maurice Renoma et une sélection de toiles de William Bakaimo et Famakan Magassa.

Une mise en scène harmonieuse des œuvres, à l’originalité extrême, de ces trois créateurs.

« Les couleurs seront les touches d’un clavier, les yeux seront les marteaux, et les âmes, le piano lui-même, aux cordes nombreuses, qui entreront en vibrationVassily Kandinsky

Ces oeuvres de taille impressionnante, à l’image d’une symphonie jouée à plusieurs mains et savamment rythmée, montrent une évidente complicité.

Des œuvres fusion mêlant photographies de Maurice Renoma et intervention peinture de William Bakaimo et Famakan Magassa ont été créées spécialement pour cet événement.

Depuis plusieurs années, Maurice Renoma signe des collaborations artistiques, notamment dans la réalisation d’œuvres fusion avec d’autres plasticiens.
Pour l’exposition Scène Symphonique, Maurice Renoma a demandé à William Bakaimo et Famakan Magassa de revisiter, chacun, quatre de ses photographies.

Voici deux des peintures de Famakan Magassa sur une photographie de Maurice Renoma :

Oeuvre Fusion Maurice Renoma X Famakan Massaga – L’Appart’ Renoma Paris
EXPO-APPART-RENOMA-zenitudeprofondelemag.com
Oeuvre Fusion Maurice Renoma X Famakan Massaga L’Appart’ Renoma Paris
Crédits photos zenitudeprofondelemag.com

SCÈNE SYMPHONIQUE , une ode à la métamorphose dans tout ce qu’elle revêt d’onirique, de séduisant voire d’effrayant.


Les deux artistes, Bakaimo et Magassa, pour leur première exposition parisienne, proposent de revisiter leurs états de conscience à travers des créatures ou des humains sortis d’un imaginaire qui flirte avec le réel.

Le dialogue pictural initié entre les œuvres résulte de la volonté commune des trois artistes de détourner notre perception.

Chaque tableau délivre à celui qui le regarde avec attention, des niveaux de lecture cachés.

WILLIAM BAKAIMO – LE FAISEUR D’AMOUR – 2020 – acrylique & encre de Chine


Entre fantasme et réalité, humour et fatalisme, Maurice Renoma, William Bakaimo et Famakan Magassa mettent en scène l’Homme face à ses limites et ses démons, sa nature destructrice et l’impact d’une société contemporaine intrinsèquement pervertie.
En proposant cette exposition inédite à l’Appart, Maurice Renoma confirme son soutien à la création contemporaine et aux artistes à l’identité singulière qui osent traiter de thèmes forts hors des sentiers battus.

Le couturier et photographe, homme d’art et de convictions se positionne ainsi au-dessus des modes mettant en lumière des artistes qui interpellent et dérangent.

Dominique Zinkpè, invité spécial de l’exposition

Pour cette première exposition collective présentée à L’Appart, Maurice Renoma assure le double rôle d’artiste et de curateur. Il a décidé de rajouter la palette de couleurs du prestigieux artiste béninois Dominique Zinkpè en qualité d’invité spécial.
Ce vétéran de l’art contemporain africain n’en est pas à son premier « concert parisien » mais c’est la première fois qu’il « montera sur scène » avec Maurice Renoma, William Bakaimo et Famakan Magassa.

Dominique Zinkpè est né en 1969 à Cotonou au Bénin où il vit et travaille.

C’est un artiste plasticien béninois contemporain pluridisciplinaire qui réalise peintures, sculptures et installations.

Autodidacte il développe très jeune un goût prononcé pour la création et s’initie de lui-même aux techniques artistiques qu’il découvre dans les manuels empruntés à la bibliothèque du culturel français de Cotonou où il est élève.

Dominique Zinkpè


Il entame rapidement sa carrière artistique en prenant part à de nombreux ateliers et résidences en Afrique et en Europe. Il se fait remarquer avec le Prix Jeune Talent Africain qu’il reçoit lors de Grapholie à Abidjan 1993. Puis il acquiert une notoriété certaine dès le début des années 2000 notamment grâce à sa série sur les taxis brousse. Son œuvre est consacrée lors de la Biennale de Dakar qui lui décerne le Prix Uemoa.

© Placide Tossou Charles Sans titre, 2021, 137 x 137 cm Courtesy of Dominique Zinkpè

Au croisement de la tradition ancestrale et du monde contemporain…

Dominique Zinkpè puise son inspiration dans l’héritage culturel de son pays et l’environnement quotidien africain. Une mise en exergue des contradictions du monde contemporain. La culture animiste et les cérémonies vaudou sont des thèmes récurrents dans son œuvre au même titre que l’intimité, le sexe, le sacré et le profane.
L’artiste utilise des matériaux et mediums très variés tels que la toile de jute, des voitures hors d’usage ou encore des figurines hôhô, traditionnellement employées pour le culte des jumeaux dans le sud Bénin.


Zinkpè est un artiste engagé et un acteur culturel majeur de la scène artistique béninoise. Il est, notamment, le fondateur du projet «Boulev’art, artistes de la rue» (1999), du lieu de création et de diffusion « Unik-lieu
de création contemporaine » (Abomey)
et Président d’honneur de l’espace artistique «Le Centre» (Abomey-Calavi).

« Je navigue dans un monde qui n’est pas visible à l’œil nu, et que je tente de révéler à travers mes toiles. »

Dominique Zinkpè


Une collaboration inédite pour un « concert » classé « Tous Publics ».

Portrait(s) de Maurice Renoma, modographe

« La photographie est un art et j’ai toujours voulu pratiquer la mode aussi comme un art, sans tabou ni a priori.
Un lien puissant m’unit désormais à la photographie, qui exige de moi beaucoup de sensibilité
».

Maurice Renoma


De la mode à la photographie

En 1999, paraît un ouvrage qui associe Maurice Renoma au néologisme « modographe », définissant à la fois l’homme passionné, couturier, designer, photographe et scénographe.

Années 60 : la mode comme une forme d’art à part entière.

Maurice Renoma contribue à inventer la mode en créant sa marque eponyme… et transgressive pour l’époque!

Le créateur exprime à travers le vêtement une vision originale et libérée de tout préjugé esthétique.

La marque Renoma sera l’une des prescriptrice de la mode « yé-yé » au même titre que Courrèges, Paco Rabanne, YSL, Pierre Cardin
Années 1990 : une nouvelle passion : la photographie.

Comme souvent en pareil cas, elle est née d’un incident frustrant : aucune des photos proposées pour son catalogue ne trouvait grâce à ses yeux.

Maurice Renoma prit donc place derrière l’appareil… et y resta.


Atypiques et audacieuses, ses photographies suivent la lignée provocatrice de ses collections et de son univers.

Les photographies résultent à ses yeux d’un « acte pulsionnel », dicté par ses préoccupations esthétiques et le désir d’une liberté toujours plus vive.
Le corps humain est au centre de ses premières années de photographie, imprégné de sensualité, capturant le charme d’un regard perdu ou d’un rituel intime.

Maurice Renoma capte l’instant, trouvant la poésie partout.

Une trame artistique relie chacune de ses aventures : une liberté sans aucun tabou et totalement assumée associée à un désir de vivre et de découvrir sans cesse.

Si ses premières photographies célèbrent le corps féminin, l’artiste s’en affranchit rapidement. Il va alors explorer d’autres thématiques: fiction et réalité, ombre et lumière.

Ses clichés revêtent de nombreuses facettes : la pratique du noir et blanc, à travers laquelle se manifeste déjà le goût de l’expérimentation, fait place à de multiples inventions sur le plan visuel. Créations qui seront servies par les techniques numériques.
L’artiste laisse libre cours à ses inspirations les plus diverses au fil de ses rencontres et de ses voyages.

Une liberté qui s’explique par une formation autodidacte et une progression en marge des courants qui dominent le monde de l’art.
Curieux de ce qui l’entoure, le regard du photographe est empreint d’un humour décalé et d’une réflexion amusée sur notre société.
Un photographe turbulent qui témoigne sans fard, bien loin de la bienséance visuelle.

Famakan Magassa

Famakan Massaga -zenitudeprofondelemag.com

Né en 1997, Famakan Magassa est un artiste plasticien originaire du Mali.
Sous son apparence calme, le créateur est inventif, toujours en alerte, à l’affût de l’actualité de son pays mais également connecté au monde. Curieux de tout, il porte un regard critique sur l’actualité, sur la vanité des hommes, sur cette capacité à vouloir autant détruire que construire.
Son style pictural se caractérise par une grande liberté et une fantaisie débridée dans la représentation de ses personnages.


Souvent exécutées sur des grands formats avec de l’acrylique, ses toiles s’enrichissent de mises en espace quasi chorégraphiques où les personnages se prêtent à des contorsions parfois improbables. Cela a du sens et de la
virtuosité .
À travers ses séries Korèdugaws ou Soifs, l’artiste s’adonne sans limites à une palette de situations où le réalisme s’habille d’un déséquilibre vertigineux.

Famakan Magassa
Métamorphose Virtuelle, 2020, acrylique sur toile © Mariam Niaré

Des créations compositions, tout en mouvements, qui nous livrent des scènes où la moindre intention ou problématique prend une dimension humoristique originale et saugrenue.
Famakan Magassa est représenté par 5 Mondes Gallery.

William Bakaimo

Né en 1988, William Bakaimo est un artiste plasticien originaire de Maroua (extrême-Cameroun).
Ses compositions sont peuplées de personnages étranges aux figures zoomorphiques pour la plupart inspirée du lézard, animal fascinant dont le phénomène de mue entre en résonnance avec ses recherches sur l’altération et l’évolution.
Les couleurs chaudes et les fleurs de ses toiles font écho à la beauté de la nouvelle peau ainsi mise à nue, à la régénération et au renouveau. Il y associe des animaux déformés et des objets banals de la vie quotidienne, opérant ainsi un changement de paradigme subtil entre réalité et fantasme.
William Bakaimo est lui aussi représenté par 5 Mondes Gallery.

Un dialogue exceptionnel entre trois cultures, trois univers, trois hommes…

À voir !

INFOS PRATIQUES

SCÈNE SYMPHONIQUE

Du mercredi 19 mai au mercredi 30 juin 2021, sur réservation

L’Appart Renoma
129bis rue de la Pompe, 75116 Paris
Ouverture du mardi au samedi de 10h30 à 18h

0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
()
x
%d blogueurs aiment cette page :