J’ai beaucoup apprécié Des Souris et des Hommes, la pièce de John Steinbeck qui se jouait jusqu’au 2 janvier au Théâtre du Palais royal.

IMG_1143

C’est de loin la meilleure adaptation que j’ai pu voir peut-être parce que les deux principaux rôles sont tenus par … les metteurs en scène eux-mêmes, Jean-Philippe Evariste et Philippe Ivancic …

Vous vous souvenez certainement de l’intrigue?

Pendant la grande dépression des années 30, deux hommes, George et Lennie, parcourent les grands espaces californiens à la recherche de travail. Leur amitié repose sur des liens assez particuliers tissés depuis leur adolescence.

George, petit, vif et réfléchi, est le protecteur de Lennie, un colosse simple d’esprit, au caractère doux mais dont la force dévastatrice leur attire souvent des histoires qui les obligent à fuir et à différer leur rêve : acquérir assez d’argent pour acheter une petite ferme, synonyme de liberté et de paix.

Ce fameux « rêve américain » qui ne se réalisera malheureusement jamais…

Jean-Philippe Evariste (George) et Philippe Ivancic (Lennie) les deux metteurs en scène, interprètent – à merveille – les deux rôles principaux.

Pour leur donner la réplique, huit autres comédiens au jeu tout aussi remarquable, dirigés par Anne Bourgeois.

 Violence, racisme, rejet de l’autre, des thèmes intemporels et universels sont évoqués…

Mais « Des souris et des hommes » c’est aussi l’histoire d’une amitié profonde, l’évocation,en toile de fond, d’un monde machiste, violent et implacable.

Des hommes qui en réalité ne sont pas foncièrement mauvais.

Ils seraient plutôt pitoyables.

C’est triste de devoir partager sa vie avec des gens qu’on n’a pas choisis et à un endroit où l’on n’a pas non plus choisi d’être!

Certains rêvent encore d’un avenir meilleur (comme ce vieil ouvrier épuisé, au regard hagard qui voudrait donner un sens à sa vie avant de finir six pieds sous terre).

D’autres ayant perdu toute illusion tentent d’oublier leur présent en dilapidant leur paye chez les prostituées.

On est bien loin du rêve américain…

Ces dix comédiens (accompagné d’un chien !) au jeu d’une authenticité extraordinaire nous dévoilent sans fard la réalité d’un pays.

Et puis on s’achemine petit à petit vers la scène finale. Ce dialogue déchirant et émouvant qui conduit à une chute inéluctable …

Du très bon théâtre.

Mon avis : Une interprétation magistrale et une mise en scène extraordinaire.

J’ai été conquise.

Infos pratiques
« Des souris et des hommes »
 jusqu’au 2 Janvier 2016  
 Théâtre du Palais-Royal
38 rue Montpensier – 75001 Paris
Vous pouvez réserver vos places ICI

 

%d blogueurs aiment cette page :