L’un des plus grands comédiens français PIERRE RICHARD fera son entrée le 19 novembre dans le célèbre musée de cire parisien.

Quelques mois après Catherine Frot

CATHERINE FROT ENTRE AU MUSÉE GRÉVIN zenitudeprofondelemag.com

Catherine Frot – Musée Grévin – Photo Zenitude Profonde le Mag

dont on se souvient de la soirée d’anniversaire le soir même de son entrée au célèbre musée, c’est au tour de Pierre Richard, l’un des acteurs français les plus drôles de sa génération de (re-)faire son entrée au musée Grévin.

Élu par l’Académie Grévin présidée par Stéphane Bern, Le « GRAND BLOND … »  sculpté par l’artiste Eric Saint Chaffray fera son entrée à Grévin, habillé d’un costume noir, d’une chemise à col Mao blanche et de basket mais peut-être pas de la même couleur, clin d’œil au film culte « Le Grand Blond avec une chaussure noire »

Pierre Richard est déjà entré une première fois au Musée Grévin en février 1981, sculpté à l’époque par Daniel Druet.

Pierre Richard rejoint donc le club très fermé des rares personnalités à être présentées deux fois au Musée Grévin :  Michel Drucker, Bernard Pivot, le Général de Gaulle, Julien Clerc et plus récemment Jean Paul Gaultier

Pierre Richard entre à Grévin zenitudeprofondelemag.com

Pierre Richard sculpté par l’artiste Eric Saint Chaffray fera son entrée à Grévin le 19 novembre 2018

Pierre Richard en quelques mots…

Tout commence au lycée ou presque…

Pierre Richard est né le 16 août 1934 à Valenciennes, il passe son enfance et une partie de son adolescence dans le château familial de la Rougeville à Saint Saulve, près de Valenciennes où il est élève au lycée Henri-Wallon puis pensionnaire de l’institution Notre-Dame.

Séchant régulièrement les cours pour aller au cinéma, c’est l’acteur américain Danny Kayes dans « Un fou s’en va en guerre » qui lui révèlera sa vocation.

Débuts d’acteur et une rapide révélation de comique !

C’est en 1953 alors que Pierre Richard rejoint sa mère à Paris qu’il décide de prendre des cours d’art dramatique à l’école Charles Dullin.

Pour faire plaisir à sa famille qui souhaite le voir exercer un «vrai métier», il étudie la kinésithérapie sans pour autant renoncer au monde du spectacle.
En 1958, sa particularité physique, son hyperlaxité le fait remarquer dans une série comique « La Belle
Équipe ».

1961 marque ses débuts au théâtre et ses nombreuses prestations dans des cabarets de la rive gauche de la capitale où il joue des sketches co-écrits avec son complice de l’époque Victor Lanoux,

Il fait à cette occasion les premières parties de Georges Brassens, à Bobino en septembre et octobre 1963.

Acteur mais aussi réalisateur…

1968 marque ses débuts au cinéma dans « Alexandre le Bienheureux » de Yves Robert.
En 1970, Pierre Richard est reconnu comme comique burlesque et poétique et réalise son premier film « Le Distrait » tout un programme ! S’enchainent alors d’autres réalisations telles que « Les malheurs d’Alfred » et « Je ne sais rien mais je dirai tout ».
En 1972, Pierre Richard retrouve alors Yves Robert pour les cultissimes « Le Grand Blond avec une chaussure noire » puis « Le Retour du Grand Blond ».

Pierre Richard et Mireille Darc dans "Le Grand Blond..."

Pierre Richard et Mireille Darc dans « Le Grand Blond… » de Yves Robert.

En 1976, sous la direction de Francis Veber, il tourne « Le Jouet » avec Michel Bouquet.

Puis dans les années 1980 « La Chèvre », « Les Compères » et « Les Fugitifs » avec qui Pierre, partage l’affiche au côté de Gérard Depardieu.

1990– 2000, place à la diversification,

Pierre Richard diversifie son registre, s’éloigne du burlesque pour plus de réalisations et de projets personnels en France comme à l’étranger.
En février 2006, Pierre reçoit un César d’honneur décerné pour l’ensemble de sa carrière.
Pierre Richard est aussi sur les planches. Mis en scène par Christophe Duthuron, trois « seul en scène » : « Détournement de mémoire » , »Franchise Postale », « Pierre Richard III » puis avec Pierre Palmade, « Pierre et Fils ».
En 2017 dans « Petit Éloge de la Nuit » textes de Nerval, Bashung, Baudelaire, Ingrid Astier, mise en
scène de Gerald Garutti.
En 2018, il est à l’affiche de « Mme Mills, une voisine si parfaite » film de Sophie Marceau et de « La Ch’tite Famille » de Dany Boon.

L’énorme succès du second lui permet de renouer avec un grand succès populaire pour le plus grand plaisir de plusieurs générations. On le retrouve aussi avec bonheur dans « Les Vieux Fourneaux », réalisé par Christophe Duthuron, aux cotés d’Eddy Mitchell et Roland Giraud…

Rendez-vous lundi soir sur ma page Instagram pour découvrir la statue de Pierre Richard en direct du Musée Grévin!

 

 

1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x
%d blogueurs aiment cette page :