Sélectionner une page

ÊTRE SOI…TOUJOURS 

Un livre à lire, et à relire!

« Comment bien vieillir? On peut refuser, dénier le vieillissement. Jusqu’à un certain point cette méconnaissance est positive et permet de continuer à avancer. On peut aussi reconnaître les signes de l’âge et s’y adapter… »

Extrait de la 4ème de couverture du livre L’ART DE VIEILLIR ÊTRE SOI…TOUJOURS de Philippe GUTTON

Ce livre est de ceux que l’on découvre une première fois, puis que l’on repose… avant d’y revenir quelques temps après… régulièrement.

Il est toujours très délicat de présenter un livre car les écueils sont multiples:

  • lorsqu’il s’agit d’un roman on se doit d’éviter de raconter l’histoire et encore moins d’en dévoiler la fin. Les personnages? Il convient de laisser au(x) lecteur(s) le soin d’en découvrir la personnalité
  •  en ce qui concerne les livres qui évoquent un sujet de société l’affaire s’avère encore bien plus complexe. Entre les données statistiques, les approches analytique et les conclusions circonstanciées… comment présenter tout ça sans déflorer le sujet ? Comment donner un avis sur les chiffres exposés sans tomber dans une subjectivité fort peu professionnelle…

« L’Art de vieillir, être soi…toujours » de Philippe Gutton m’a bien évidemment posé ce problème. 

Problème que j’ai résolu en prenant le parti de vous dévoiler d’abord le sommaire, puis de vous citer certains passages qui m’ont particulièrement interpellée.

LE SOMMAIRE:

Un PROLOGUE en deux parties, précédant 5 CHAPîTRES (eux-même déclinés en sous chapitres).

Et en guise de conclusion, quelques pages d’ « OUVERTURES »

« Le vieux n’existe pas, on vieillit à tout âge » : ces premières lignes du prologue expriment parfaitement ce que Philippe Gutton nomme « Critique de la catégorisation statique ».

« Notre culture d’aujourd’hui est une culture narcissique de l’adulte. Elle pense posséder une connaissance sur les âges périphériques (adolescents et vieux) et l’affirme sans chercher à les connaître tels qu’ils sont en vérité… » assertion sur laquelle s’appuie l’auteur, quelques pages plus loin, mais pour en prendre le contrepied en déclarant : « Sachons qu’on ne peut pas comprendre le processus de vieillissement si on le localise à l’âge où la statistique l’assigne. »

La deuxième partie du Prologue s’intitule: la Subjectivisation. Un « travail psychique fondamental et permanent ».

Gutton nous met l’eau à la bouche: il évoquera Freud, les pulsions de vie (le vivant qui me fait être) et de mort (le processus d’autodestruction), Eros et Thanatos…

Et nous voici rendus au chapitre I : LE NARCISSISME NÉGATIF

Et ce narcissisme s’observe sur deux versants:  Les lois naturelles gérant le corps et les lois propres à la culture.

« Le narcissisme primaire est ici attaqué en son originaire même. C’est une infrastructure marquée par l’union du Moi corporel et du Moi psychique… »

Le chapitre évoque ensuite les « blessures corporelles du vieillissement »: « je ne suis plus ce que j’étais »…qui forcément mène à une étape d’anti narcissisme. 

La menace dans le temps est celle d’un « définitif »…

L’anti narcissisme introduit une discontinuité dans notre histoire…c’est une menace sur le sentiment continu d’exister « ce que je n’ai plus, je ne l’aurai jamais plus »

Chapitre II : ENTRE CORPOREL ET CULTUREL, AUTRUI

Dans ce chapitre c’est le regard de l’autre, la relation à autrui, le fameux »regard du miroir brisé » qui sont évoqués…

« Je me déçois; je n’ai pas d’avenir », « Je ne plus être le sujet idéal de mes propres enfants », « Comment ai-je mené ma vie par rapport à mes ancêtres? »  … les questions se bousculent…Inquiétantes, lancinantes…

Ce chapitre passe de l’individuel au plus général pour aborder le statut du vieillissement dans notre culture contemporaine.

« Le vieillissement se trouve désigné, institué selon des significations classantes, discriminatoires, des assujettissements négatifs…(…) le vieillissement est un modèle d’infériorité comparable à toutes les personnes qualifiées de fragiles sur le plan somatique, intellectuel ou financier… »

J’avoue que certaines phrases de ce livre donnent à réfléchir (en réalité toutes mais certaines « m’inquiètent » davantage.)

Chapitre III: TRANSITIONS

« Vieillir est un évènement »

« L’atteinte du Moi est constatée. Il y a dès lors une fissure entre un Moi Sain et un Moi Blessé: J’ai tout normal sauf un truc qui va pas! »

Vous souvenez-vous de l’histoire du « Vieil Homme » luttant toute la nuit contre l’espadon?

Je pense vous en avoir assez dit pour vous inciter à découvrir ce livre dont l’approche est hyper intéressante tant sur le versant sociologique que sur le versant psychologique.

Une telle approche évoquant à la fois sciences humaines et données scientifiques est à mon sens la meilleure manière d’aborder les sujets de fond comme celui-ci. Sujet qui – est-il besoin de le rappeler – nous touche tous.

Merci aux Editions In Press de m’avoir permis de découvrir ce livre incontournable.

EDIT: Vous avez encore jusqu’à ce soir pour tenter de gagner un exemplaire du livre de Philippe GUTTONl’Art de Vieillir Etre soi toujours, sur ma page Instagram

Infos pratiques
L’ART DE VIEILLIR
ÊTRE SOI…TOUJOURS
Philippe GUTTON
avec la collaboration de Marie-Christine Aubray
ISBN: 978 – 2 – 84835 – 471 – 2
Prix conseillé : 15€

 

 

%d blogueurs aiment cette page :